Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

20 octobre 2023

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@medialo.ca

Le Chantier Naval Forillon décroche un contrat de 55,5 M$

CHANTIER NAVAL FORILLON

Chantier Naval Forillon

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Le Chantier Naval Forillon a vu le jour en 1952 et a fêté son 70e anniversaire l’an dernier.

Le Chantier Naval Forillon a paraphé un contrat de 55,5 millions de dollars afin de fabriquer le premier navire hybride de la Garde côtière canadienne. L’annonce a été faite cet avant-midi aux installations de l’entreprise qui a pignon sur rue dans le parc industriel de Sandy Beach.

« Je suis fier de nous tous collectivement; de l’équipe en place au chantier. C’est un projet complexe et challengeant qui allie les technologies vertes et des systèmes à la fine pointe de la technologie. C’est plus qu’un simple contrat de construction navale. C’est la suite logique de notre plan de croissance », explique Jean-David Samuel, président, directeur des opérations et copropriétaire depuis 2018.

Aux 75 travailleurs déjà sur place, une quinzaine d’autres devront s’ajouter pour maintenir le rythme et livrer ce nouveau navire semi-hauturier de recherche halieutique (NSHRH) en 2027. Ce dernier sera équipé d’un système de propulsion hybride diesel-électrique avec un système de stockage d’énergie par batterie, qui lui permettra d’effectuer des opérations à faible vitesse sur batterie pendant 30 à 60 minutes par jour.

L’objectif ultime sera d’égaler les navires similaires déjà en service, qui ont atteint une réduction de 25 % des émissions de dioxyde de carbone et des économies de carburant grâce au changement des technologies.

« Présentement, les bateaux souvent arrivent au quai le soir – dont ceux de la Garde côtière – et vont être sur une génératrice toute la nuit. À ce moment, l’hybridation permet de vivre seulement sur batterie. C’est vraiment là qu’on a un gain », explique Jean-David Samuel.

Jean-David Samuel

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Jean-David Samuel, président, copropriétaire depuis 2018 et directeur des opérations.

Ce contrat a été octroyé dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale. Une enveloppe de 2,5 milliards de dollars avait été rattachée en mai pour la fabrication d’une soixantaine de navires. La députée et ministre Diane Lebouthillier, présente pour l’occasion, se réjouit de voir une entreprise de sa circonscription décrocher le contrat.

« L’annonce d’aujourd’hui constitue un jalon majeur pour l’histoire maritime de la Gaspésie. La construction de ce navire permettra non seulement de créer et maintenir des emplois hautement qualifiés et bien rémunérés, mais stimulera directement et indirectement l’économie de toute la région », indique la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne.

La suite de 2018 pour le Chantier Naval Forillon

 

Ce n’est d’ailleurs pas la première collaboration entre le Chantier Naval Forillon et la Garde côtière canadienne. Un contrat de 45,8 millions de dollars avait été attribué en 2018 pour la construction de six bateaux de recherche et de sauvetage.

Pour sa part, le NSHRH est un navire spécialisé dans les pêches, les sciences océanographies et hydrographiques, qui peut accueillir un équipage de cinq membres de la Garde côtière canadienne et six scientifiques de Pêches et Océans Canada.

Chanter Naval Forillon

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Jean-Daniel Minville, Jean-David Samuel, Pierre-Émile Côté et Jean-Nil Poirier-Morissette sont copropriétaires depuis 2018. Ils posent en compagnie de la ministre et députée Diane Lebouthillier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média