Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

21 novembre 2023

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@medialo.ca

Le Front commun de la Gaspésie se mobilise

GASPÉ

Front commun

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Les membres du Front commun ont débrayé aujourd'hui et se sont notamment rendus devant les bureaux du député de Gaspé, Stéphane Sainte-Croix.

Comme un peu partout ailleurs dans la province, les employés syndiqués regroupés sous la bannière conjointe du Front commun sont descendus à la rue tôt matin pour se faire entendre lors de cette première de trois journées de grève.

À Gaspé, les syndicats du personnel enseignant du Cégep de la Gaspésie et des Îles, du personnel professionnel ainsi que du personnel de soutien se sont notamment fait entendre près de leur lieu de travail.

Yves-Daniel Garnier

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Yves-Daniel Garnier, président du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de la Gaspésie et des Îles à Gaspé.

Pour Yves-Daniel Garnier, président du Syndicat du personnel enseignant du Cégep de la Gaspésie et des Îles à Gaspé (SPECGIG), cette mobilisation est plus que nécessaire puisque la précarité d’emploi touche deux enseignants sur cinq.

« Ça touche à peu près 40% des profs au collège. J’ai une collègue au département des langues qui est là depuis plus de 20 ans et qui n’est toujours pas permanente, donc sans sécurité d’emploi. C’est un enjeu et il faut trouver des moyens pour leur assurer une meilleure prévisibilité », explique celui qui représente une centaine d’enseignants à temps complet.

L’arrivée d’un conciliateur est par ailleurs de bon augure, estime Yves-Daniel Garnier. « Je pense que c’est une bonne chose parce que le gouvernement a beaucoup négocié sur la place publique, mais là il est temps que les discussions réelles se fassent autour de la table […] Il y a aussi des demandes patronales qui visent à favoriser l’enseignement à distance et sur lesquelles on est un peu frileux. On cherche également à étendre des quarts de travail le soir et la fin semaine; ce sont des éléments qui nous irritent pas mal. »

La santé aussi

 

Le Front commun (CSN, CSQ, FTQ et APTS) englobe environ 7300 travailleurs en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. La moyenne salariale provinciale des membres est de 43 916 $, selon les chiffres du Front commun, avec un retard salarial de 11,9%

En santé, les infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes du SIIIEQ-CSQ font partie du lot de celles qui font entendre leur voix aujourd’hui sur les lignes de piquetage devant tous les établissements de santé de la région. « Dans le contexte actuel de pénurie, si le gouvernement veut être un employeur de choix, il faut que ça se traduise rapidement aux tables de négociation. Pour nos membres en santé, ça veut dire notamment trouver des solutions concrètes sur l’enjeu du temps supplémentaire obligatoire, la main-d’œuvre indépendante et les aménagements de temps de travail », souligne le président Pier-Luc Bujold.

Le SIIIEQ-CSQ estime que les négociations stagnent. « Après plus d’un an de négociation, on a l’impression de tourner en rond. Malgré ce qui est dit publiquement, on ne sent pas l’urgence de régler de l’autre côté de la table. Le règlement de cette négociation passe certes par une entente à la table centrale, mais également aux tables sectorielles. Nous sommes rendus à nous questionner sur la volonté et la capacité du gouvernement à convenir d'ententes satisfaisantes prochainement », ajoute Pier-Luc Bujold.

À noter que le point culminant de ces trois jours de débrayage, se tiendra d’une part le mercredi 22 novembre à 11 h 30 à Bonaventure et d’autre part le jeudi 23 novembre à 11 h à Gaspé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média