Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

31 octobre 2023

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@medialo.ca

Marinard vendu à des intérêts gaspésiens

RIVIÈRE-AU-RENARD

Marinard Pêche

©Photo Archives

Les frères George et Bill Sheehan, actionnaires et dirigeants de l’entreprise E. Gagnon & Fils de Sainte-Thérèse-de-Gaspé, ont fait l’acquisition des Pêcheries Marinard de Rivière-au-Renard.

Les Pêcheries Marinard de Rivière-au-Renard ont des nouveaux propriétaires : les frères George et Bill Sheehan, qui sont derrière E. Gagnon et fils à Sainte-Thérèse-de-Gaspé.

L’usine de transformation de crevette nordique, Marinard Biotech et son service d’analyses de laboratoire, la poissonnerie La Marinière ainsi que Marinard Informatique sont inclus dans la transaction, dont le montant n’a pas été dévoilé publiquement.

Les négociations ont débuté dès l’annonce de la fermeture prématurée de Marinard en septembre, plusieurs mois avant la fin prévue des activités. La faible abondance de la ressource et la rentabilité des sorties en mer pour les pêcheurs en raison de la hausse du coût du carburant ont grandement impacté les activités de l’industrie de la crevette. Environ le tiers des quotas attribués cette année ont été récoltés.

La transaction a été finalisée ce 31 octobre, en à peine deux mois. Marinard appartenait depuis décembre 2021 à Daley Seafoods, une firme terre-neuvienne. Malgré l’incertitude qui plane actuellement au sein de l’industrie de la crevette nordique de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, les nouveaux copropriétaires n’entendent pas ménager leurs efforts afin d’assurer la pérennité à long terme de l’entreprise gaspésienne et ses quelque 140 employés.

« Dans un premier temps, nous relancerons les activités de transformation de la crevette de l’usine dès la semaine prochaine en effectuant certains essais grâce à l’importation de crevettes congelées provenant de pays scandinaves. Notre but premier est de permettre à une quarantaine d’employés qui n’ont pu se qualifier à l’assurance-emploi au cours de la dernière saison d’atteindre cet objectif », indique Bill Sheehan.

Par la suite, divers scénarios seront évalués pour préparer la saison 2024, dont la possibilité d’activités de deuxième et troisième transformations afin de rentabiliser au maximum les opérations. Les frères Sheehan ne lorgnent cependant pas pour l’instant vers l’industrie du sébaste, dont aucune annonce n’a encore été faite pour une future pêche commerciale. « On n’est pas là dans l’immédiat, précise Bill Sheehan. C’est un périple à moyen terme pour convertir une usine de crevettes en sébaste. Ce n’est pas la même production du tout. Homards, crabes et crevettes, c’est toujours un peu le même procédé : réception, cuisson, transformation, congélation. Dans les poissons, c’est complètement différent. Juste commander des équipements sur mesure, c’est un délai d’au moins huit mois. Je pense qu’il faut se concentrer avec les équipements en place avec l’approvisionnement extérieur. »

Les Pêcheries Marinard est l’une des plus importantes entreprises de transformation de la crevette nordique au Québec. Elle détient une usine de transformation qui produit essentiellement des crevettes nordiques (pandalus borealis) cuites, décortiquées et surgelées individuellement destinées à l’alimentation. L’usine située à Rivière-au-Renard possède une capacité de transformation de plus de 15 millions de livres par année.

George et Bill Sheehan sont originaires de Cap-d’Espoir et sont très actifs au sein de l’industrie de la transformation des produits de la mer depuis plus d’une vingtaine d’années. Ils sont actionnaires et dirigeants de l’entreprise E. Gagnon & Fils, spécialisée dans la transformation du crabe des neiges et du homard, ce qui procure un emploi à plus de 600 personnes. À noter qu’ils ont déjà été actionnaires de Marinard entre 2010 et 2015.

Commentaires

1 novembre 2023

Gagnon Roger

Bravo.. Y en encore quelques croyants en la Gaspésie. Ça nous change des "braillages" continuels du "c'est les autres" bien modes du Québec d'aujourd'hui. Regardez les premières pages des 2 principaux "nouvellistes" du Québec aujourd'hui. Les braillards y sont tous. Désolés Messieurs Lesage, Lévesque, Parizeau, désolé le positif s'est envolé vers le sud, j'imagine, avec taxes et profits?

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média