Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

06 octobre 2023

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@medialo.ca

Une décision en 2028 pour la relance du cuivre

MURDOCHVILLE

Murdochville

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Le début de production potentiel est en 2030.

Un an après avoir rencontré une première fois la population de Murdochville pour lui exposer ses intentions dans son projet de réouverture de la mine de cuivre, la direction de Métaux Osisko était de retour hier soir pour une mise à jour de ses activités.

Il s’agissait aussi d’une première rencontre depuis l’acquisition des actifs de Mines Gaspé en juillet, une transaction de 25 millions de dollars américains. La compagnie a voulu se faire rassurante en revenant sur plusieurs préoccupations soulevées l’an dernier. Métaux Osisko prévoit notamment construire une voie de contournement afin que la circulation lourde évite le centre-ville. « Du point de vue technique, c’est faisable. Il n’y aurait pas de trafic de camions adjacent à la ville. Ça serait beaucoup mieux pour les résidents », analyse Robert Wares, président et chef de la direction chez Osisko.

Le concentrateur serait érigé sur l’ancien site de la fonderie du côté ouest du mont Needle. L’ancien parc à résidus serait réutilisé et des mesures d’atténuation – qui restent à déterminer – pour minimiser les nuages de poussières sont dans les cartons. « Juste avoir une voie de contournement ça réduit énormément le montant de poussières », assure Robert Wares.

Quant aux haldes de stériles – ces accumulations de résidus de minerais issus de l’extraction – elles seraient entreposées sur celles déjà existantes en plus de remplir une vallée contiguë à la fosse. « C’est très préliminaire et purement conceptuel », rappelle toutefois le président d’Osisko.

Cinq années sont prévues afin de terminer le processus d’autorisations environnementales et ultimement obtenir le feu vert d’aller de l’avant tant du provincial que du fédéral. Par ailleurs, aucune décision n’a été prise à savoir comment le cuivre pourrait être acheminé aux installations de Glencore, qui détient l’exclusivité de l’achat des concentrés de cuivre produits à Mines Gaspé. La voie ferrée devrait être disponible pour les marchandises dès 2026 à partir de Gaspé. La construction d’un pipeline vers le nord a aussi été discuté. Les deux options sont sur la table, indique Robert Wares.

« L’avantage du pipeline c’est qu’on évite de brûler du diesel avec le transport des camions, mais avoir un permis pour descendre jusqu’à la côte, ç’a d’autres implications environnementales et aussi des coûts. Je n’ai aucune idée en ce moment qu’elle est la meilleure option […] Et c’est Glencore qui va décider si ça s’en va [les concentrés] en Europe ou si ça part par train. » Celle-ci détient la Fonderie Horne à Rouyn-Noranda, qui est la seule fonderie de cuivre au Canada.

Robert Wares

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Robert Wares.

Dénoyage et environnement

 

Osisko prévoit que le dénoyage de la fosse – l’assèchement de la fosse actuellement envahie par l’eau – vers la rivière York s’étalonnera sur trois ans. La direction espère obtenir un permis dès 2024. Des études environnementales ont déjà été entamées cet été.

Le directeur de la Société de gestion des rivières de Gaspé, Rémi Lesmerises, aimerait faire partie des discussions et ne pas être mis devant le fait accompli une fois l’autorisation acquise, le cas échéant. « Ça nous préoccupe un peu évidemment. C’est beaucoup de volumes d’eau qui vont être injectés dans la rivière. Selon la manière que c’est fait, ça peut avoir des impacts variables. J’aimerais qu’on soit consultés en amont et faire partie des discussions pour que ce soit fait le mieux possible pour la ressource. »

De son côté, Robert Wares assure avoir cette sensibilité de ne pas altérer le paradis du saumon. « La bonne nouvelle, c’est que l’eau dans la fosse n’est pas contaminée. Il faut s’entendre sur la méthode et le débit. Il faut le faire avec zéro impact sur la rivière York et c’est possible de le faire. »

Rappelons qu’aucune prise de décision officielle pour la relance des activités minière n’est prévue avant 2028. L’année 2026 avait été avancée l’an dernier. La durée de vie potentielle de la mine de 17 ans est quant à elle passée à 20 ans, pour un début de production potentiel en 2030.

Métaux Osisko demeure confiant que le prix du cuivre remontera dans les deux prochaines années et que la transition énergétique fera augmenter la demande sur les marchés mondiaux. « Peu importe les progrès qui peuvent être faits vis-à-vis le transport, l’énergie et l’électrification, le cuivre est incontournable. C’est absolument nécessaire dans toutes les nouvelles technologies d’énergie renouvelable. Il faut augmenter la production sur la planète. La meilleure place pour produire les métaux, c’est chez nous », conclut Robert Wares.

Murdochville

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Une centaine de personnes étaient réunies jeudi soir à la salle communautaire de Murdochville.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média