Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

07 septembre 2023

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@medialo.ca

Manifestation des travailleurs chez Marinard

RIVIÈRE-AU-RENARD

Marinard

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Une quarantaine de manifestants étaient réunis jeudi devant l’entrée de Marinard à Rivière-au-Renard.

La fermeture prématurée de l’usine de transformation de crevettes Marinard trois mois avant l’heure a semé la commotion pour plusieurs travailleurs qui se retrouvent devant un cul-de-sac financier et qui ont manifesté jeudi dans le stationnement de l’entreprise en signe de mécontentement.

Selon le syndicat de la CSN, ce sont 35 travailleurs sur les lignes de production qui n’ont pas accumulé suffisamment d’heures pour se qualifier à l’assurance-emploi, sur 110 employés. « Le restant de ceux qui se qualifient le sont pour une période moindre que d’habitude. On parle d’environ 22 semaines. Là on vient d’avoir les données et au mois de janvier, ils n’auront plus de revenus », explique Serge St-Pierre, président de la CSN en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

C’est notamment le cas de Daniel Samuel, qui travaille chez Marinard depuis maintenant neuf ans et qui frappera un mûr dans quatre mois à peine. « On est habitués de travailler jusqu’à la fin novembre. Là, en janvier, je n’ai plus rien. Comme c’est là je n’ai aucun revenu. Je n’ai pas de plan. On ne s’attendait pas à ça. » Avec le futur incertain entourant l’industrie de la crevette, ce dernier entend bien dénicher de l’emploi ailleurs. « L’an prochain, je ne serai plus ici », ajoute-t-il d’un ton déterminé.

Le syndicat pointe notamment Pêches et Océans Canada (MPO) pour sa gestion de la ressource. Les quotas sont en baisse depuis 2010 et les captures autorisées dans le golfe Saint-Laurent ont diminué de 35 000 à 14 000 tonnes entre 2012 et 2023. « Le sébaste est en hausse et mange de la crevette. Le ministère aurait dû faire une meilleure gestion de tout ça », analyse Serge St-Pierre. Le président régional de la CSN braque aussi les projecteurs sur Marinard. « Ils ont fait venir 35 travailleurs étrangers. Sans cela, ils auraient pu congeler la crevette et étendre la production sur une plus longue période. On voyait la crise venir et on assiste à un manque de diversification en usine. Là, les travailleurs locaux font les frais de mauvaises décisions de deux côtés, de l’entreprise et du MPO. »

Serge St-Pierre

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Serge St-Pierre, président de la CSN en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

Daniel Samuel

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Daniel Samuel

Le syndicaliste attend par ailleurs les résultats des prochains relevés scientifiques et des décisions quant à un éventuel moratoire – ou non – avant de se prononcer sur l’avenir de Marinard. « Est-ce que ce sera ouvert l’an prochain? On est dans l’incertidude », conclut Serge St-Pierre.

En décembre 2021, l’entreprise de Terre-Neuve Daley Seafoods est devenue actionnaire majoritaire de Marinard. Selon leur site Web, l’usine de Rivière-au-Renard peut transformer entre 12 et 15 millions de livres de crevettes par année.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média