Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 janvier 2023

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Le transport aérien régional « pire que jamais », selon Diane Lebouthillier

GRANDE-RIVIÈRE

Diane Lebouthillier

©Jean-Philippe Thibualt - Gaspésie Nouvelles

Diane Lebouthillier.

La députée de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine se montre peu impressionnée par l’offre en transport aérien régional, qu’elle juge « pire que jamais ».

Avec une circonscription à couvrir aussi grande qu’un petit pays d’Europe et des allers-retours fréquents vers Ottawa, Diane Lebouthillier a pu observer de près l’évolution de la desserte aérienne dans les dernières années. Le constat est peu reluisant.

« Ça m’interpelle depuis 2015. Ce n’est pas évident ce qui se passe et depuis la pandémie le transport aérien en région, ça ne s’est pas amélioré. Pour moi, c’est pire que ça n’a jamais été. On manque de pilotes, de monde dans les aéroports, dans les tours de contrôle. La reprise est très difficile à l’heure où on se parle », lance-t-elle en marge d’une conférence de presse sur son bilan depuis sa réélection en octobre 2021.

Plus globalement, elle a comme tout le monde été témoin des récents démêlés des compagnies aériennes qui ont eu grand-peine à desservir leurs clients dans le temps des Fêtes, en raison de conditions climatiques difficiles qui ont fait boule de neige en entraînant de multiples annulations de vols, des retards et beaucoup de temps perdu.

« Les gens essaient de contacter les compagnies aériennes et ne réussissent pas à avoir de réponses. Ça, c’est inconcevable. On doit travailler à s’améliorer et on doit s’améliorer. On va le faire en respectant les champs de compétence des provinces », explique-t-elle, en faisant notamment référence au Programme de réduction des tarifs aériens mis sur pied par Québec qui tarde à prendre son envol.

« Pour nous au fédéral et au ministère des Transports, on va s’assurer de la sécurité des passagers au niveau aérien. On a investi dans les aéroports au niveau des pistes et des aérogares », rappelle-t-elle.

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, a d’ailleurs annoncé hier qu’il témoignera jeudi à propos des perturbations des vols et du transport ferroviaire pendant les Fêtes – une demande du Comité permanent des transports de la Chambre des communes – et qu’il comptait renforcer la Charte des voyageurs pour empêcher une récidive de la situation.

Bonne chance pour le rail

 

Parlant de transport ferroviaire, la députée a souhaité bonne chance aux intervenants responsables de la réfection du chemin de fer jusqu’à Gaspé, après avoir constaté les dégâts subis par le rail suite à la tempête du 23 au 24 décembre.

« Le 25 décembre à 7 h 30, j’étais sur le banc de Pabos à prendre des photos pour voir l’état du rail et je peux dire que si vous voulez ramener le rail jusqu’à Gaspé, moi je vous dis bonne chance parce qu’on a 24 km en zone d’érosion. » La remarque n’a cependant pas semblé affecter le déterminisme du maire Daniel Côté, qui lui s’en remet plutôt aux ingénieurs et aux experts, rappelant que le rail appartient au gouvernement du Québec depuis 2015 et qu’il a démontré dans les derniers mois son intention de vouloir mener à terme ce projet, en témoigne l’appel d’intérêt lancé par le ministère des Transports et de la Mobilité durable en fin d’année afin de vérifier la possibilité par des entrepreneurs de réhabilité le dernier tronçon entre Port-Daniel-Gascons et Gaspé. Selon les évaluations préliminaires, les coûts pourraient osciller entre 248 et 355 millions de dollars.

« Ce qu’on nous dit, c’est que le secteur du banc de Pabos se règle en deux temps trois mouvements; que c’est très facile à régler sans être très couteux. Visuellement parlant, ç’a l’air gros pour monsieur et madame Tout-le-monde qui regarde ça de l’extérieur, mais les ingénieurs ferroviaires nous disent que ce sont des peccadilles par rapport à l’ensemble de l’œuvre alors je vais me fier aux experts. Je n’ai aucune inquiétude. On ne doit pas baser notre opinion sur l’apparence visuelle de ce secteur. Ce serait faire une erreur monumentale et je ne la ferai pas [...] Autant la ministre des Transports que son ministère ont l’intention de le restaurer. Je vais me fier sur eux pour les travaux de réfection et on va continuer de pousser en ce sens », analyse Daniel Côté.

Bilan de mandat et perspective

 

En plus de répondre aux questions des journalistes, Diane Lebouthillier a présenté cet avant-midi un bilan de mandat et un résumé de quelques pistes à surveiller pour l’année qui débute.

La députée rappelle tout d’abord que des investissements de 106 millions de dollars ont été injectés ou réservés dans la circonscription depuis octobre 2021, dont 20 M$ pour des logements sociaux, près de 10 M$ pour la réfection des maisons patrimoniales de Grande-Grave dans le parc national Forillon ainsi que 1,5 M$ pour le nouvel aérogare de l’aéroport de Grande-Rivière.

Elle souligne également la venue de 25 députés – dont huit ministres – à Percé et à Gaspé cet été dans le cadre du caucus du Québec. « C’est une preuve de l’intérêt que porte mon gouvernement envers notre comté. C’est sans compter deux voyages de notre premier ministre, dont un dans la Baie-des-Chaleurs et aux Îles-de-la-Madeleine, et l’autre pour constater les importants et malheureux dégâts de Fiona. »

Selon les statistiques compilées, les bureaux de comté ont servi directement plus de 4970 citoyens entre octobre 2021 et octobre 2022, concernant près de 30 enjeux tels que l’assurance-emploi, les passeports, l’immigration, les cartes d’Autochtones, les prestations aux entreprises, les logements sociaux, les anciens combattants, la pension de vieillesse ou encore les travailleurs autonomes.

Quant à l’avenir rapproché, Diane Lebouthillier indique que les infrastructures portuaires demeurent pour elle une grande priorité, que la réforme de l’assurance-emploi devrait prendre en compte le travail saisonnier et que des efforts seront mis de l’avant pour permettre davantage de flexibilité des travailleurs étrangers afin qu’ils puissent passer d’un secteur à un autre; demande faite par plusieurs industriels du monde des pêches dans les dernières années.

« Enfin, il importe par ailleurs pour moi et mon gouvernement de continuer à mettre sur pied des mesures pour aider la classe moyenne, les personnes âgées et les plus démunis comme nous l’avons fait pour la nouvelle prestation dentaire, le paiement unique de 500$ pour le logement et l’Allocation canadienne pour les travailleurs », conclut-elle.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média