Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

13 décembre 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@medialo.ca

Nouveaux propriétaires pour le domaine du Château Dubuc

CHANDLER

Château Dubuc

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Rappelons que la chapelle, deux garages et une remise ont résisté à l’assaut de la météo et des vandales. L’écurie aurait peut-être pu être récupérée, mais trop de méfaits en ont abrégé prématurément la durée de vie.

La famille Duguay de Chandler vient tout juste de signer les documents chez le notaire afin d’acquérir le domaine du Château Dubuc, qui appartenait jusqu’à tout récemment à Michel St-Pierre.

Yan Duguay et sa conjointe Karine Aubin, les deux parents de Yan, Christian Duguay et Carmen Kearney, ainsi que sa sœur Kareen Duguay et son compagnon Luc Celeste mettent ainsi la main sur deux terrains adjacents qui font près de 900 pieds de façade face à la mer. Le premier abritait le Château Dubuc ainsi que la chapelle, toujours debout et habitable; le second, voisin, est situé à l’ouest en direction de la cantine du Chenal.

Les nouveaux propriétaires garantissent que les débris issus de la dislocation du Château Dubuc suite à la tempête Fiona seront nettoyés d’ici l’été. Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques indiquait récemment que le nettoyage des débris incombait au propriétaire des lieux.

Les voisins seront sûrement heureux d’apprendre que les piliers de métal tordus et rouillés qui jonchent la plage – derniers vestiges d’un mur de soutènement parti à la mer depuis quelques années déjà – seront bientôt chose du passé. « C’est sûr à 100% que ça va être clean à l’été. On parle d’un maximum au printemps, dès que Dame Nature nous le permettra. L’été c’est trop long, alors on se donne un délai plus court », explique le nouveau propriétaire, Yan Duguay.

Ce dernier a de l’expérience dans le domaine puisqu’il est coactionnaire de l’entreprise Duguay Sanitaire avec son père Christian. Ils ont récemment œuvré à la déconstruction du Bistro Cyr au centre-ville de Chandler. L’opportunité d’acquérir ces parcelles de terrain allaient donc un peu de soi pour eux. « Ça fait quelques années que je me cherche un terrain sur le bord de la mer et c’est plus rare de nos jours. Quand on a vu que le Château s’en allait, l’idée est venue. De fil en aiguille, les discussions ont avancé jusqu’à aujourd’hui. Et ce n’est pas qu’on veut flasher avec ça, mais on veut dire aux gens en même temps qu’ils peuvent arrêter de voler et que ça ne partira plus à la mer », précise Yan Duguay.

Encore récemment, quatre portes de garage ont été la cible de larcins. Des vols de cuivre, du vandalisme et plusieurs méfaits ont été signalés dans les derniers mois. Les nouveaux propriétaires espèrent aujourd’hui en faire un lieu privé et paisible pour écouler des jours heureux en famille. Aucun projet de reconstruction n’est au programme.

Rappelons que la chapelle, deux garages et une remise ont résisté à l’assaut de la météo et des vandales. L’écurie aurait peut-être pu être récupérée, mais trop de méfaits en ont abrégé prématurément la durée de vie. « On va essayer de sauver le plus de matériel possible pour ne pas l’envoyer dans les écocentres et le réutiliser dans d’autres projets. La chapelle risque d’être attaquée dans le futur alors on va faire en sorte de la sécuriser et la protéger assez rapidement », ajoute Yan Duguay.

Le panneau d’entrée annonçant le domaine du Château Dubuc a d’ailleurs été récupéré par les nouveaux propriétaires. L’enseigne devrait être remise sur pied pour attester de l’endroit et conserver ce qui reste de ce dernier pan de l’histoire industrielle de Chandler. « Il va y avoir quelque chose, on ne veut pas enlever toute cette histoire. Mais on veut aussi que ça devienne privé et personnel », conclut l’entrepreneur.

Chapelle Dubuc

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

La chapelle, elle, est toujours debout et habitable.

Dernier vestige

 

Le sort du Château Dubuc avait fait couler beaucoup d’encre dans les dernières années quant à sa conservation et la responsabilité financière inhérente de tout un chacun dans ce dossier. Le complexe du Château Dubuc tire son nom de Julien-Édouard-Alfred Dubuc, l’un des plus grands industriels francophones du Québec dans le domaine de la foresterie et des pâtes et papier.

« Défenseur de l’émancipation économique des Canadiens français, ce chevalier de l’Ordre de Saint-Grégoire-le-Grand va provoquer une véritable Révolution tranquille à son arrivée à Chandler en 1915 en ne nommant que des Canadiens français aux postes de cadres », pouvait-on lire récemment dans GRAFFICI. Un fait plutôt rare à l’époque. Lui et son épouse Anne-Marie Palardy ont aussi favorisé le développement touristique de la Gaspésie au tout début du XXe siècle grâce à tous les invités de marque qu’ils ont reçu dans leur villa de bord de mer, pouvait-on également lire dans la dernière édition parue en novembre.

« La villa Dubuc, c’est le seul vestige matériel de cette grande épopée que fut la Gaspesia dans l’histoire industrielle de la région. Depuis que le moulin a été démoli, on en a gardé aucun vestige », expliquait pour sa part Jean-Marie Fallu, président de Patrimoine Gaspésie.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média