Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

21 novembre 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Inquiétudes quant à l’augmentation des claims miniers

GASPÉ

Claims

©Image fournie par la Coalition Québec meilleure mine

En rouge, les titres miniers actifs.

La Coalition Québec meilleure mine lève un drapeau rouge devant l’augmentation des claims miniers en Gaspésie et ailleurs au Québec.

Selon les informations compilées par l’organisation issues de différentes données gouvernementales, les claims miniers attribués en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine sont en hausse de 139% depuis deux ans. C’est 3,5 plus que la moyenne québécoise, qui se situe à 40,6%.

La Coalition – qui promeut l’amélioration des pratiques dans le secteur minier – profite de la fin de la COP27 sur le climat et de l’ouverture du congrès Québec Mines + Énergie pour demander un moratoire sur l’attribution de nouveaux claims, tant que les règles dictées par la Loi sur les mines n’auront pas été modifiées pour protéger les milieux naturels. Dans les 60 derniers jours, des claims ont notamment été émis dans la Réserve faunique des Chic-Chocs et dans la Réserve écologique de la Grande-Rivière, selon les données publiques du gouvernement. Le Québec compte dans présentement dans l'ensemble de son territoire 22 mines en production ou en démarrage.

À remodeler

 

Cet automne, des membres de la Fédération québécoise des municipalités interpellaient l’ensemble des formations politiques à s’engager à réformer le processus des territoires incompatibles avec l’activité minière (TIAM) et à reconnaître la préséance des schémas d’aménagement sur les autres planifications territoriales. Rappelons qu’en vertu de la loi, les MRC peuvent identifier des TIAM dans leur schéma d’aménagement.

L’Union des municipalités du Québec abonde dans le même sens alors qu’un forum sur le sujet se tiendra en janvier pour faire le point sur l'encadrement des activités minières dans les municipalités de villégiature au Québec. « Nous voulons ainsi concilier de façon plus harmonieuse les activités minières avec les leviers économiques que sont la villégiature et le tourisme et ce, tout en nous assurant de renforcer la sécurité et la qualité de vie de la population », expliquait le mois dernier Daniel Côté, président de l'UMQ et maire de Gaspé.

Par ailleurs, la Coalition Québec meilleur mine rappelle que la superficie des claims miniers en Gaspésie est 1,6 fois plus grande que celle des aires protégées. Elle précise que rien dans la Loi sur les mines n’oblige présentement les entreprises minières à informer ou à consulter les citoyens, les municipalités et les communautés autochtones avant d’acquérir de nouveaux claims miniers sur leurs territoires.

Pour sa part, Environnement Vert Plus, membre de la Coalition, met de l’avant l’enjeu du caribou de la Gaspésie qui compte à ce jour moins de 40 individus. « [Leur] survie dépendra de notre capacité à lui laisser davantage de territoire. Les titres miniers qui jouxtent le Parc de la Gaspésie deviendront rapidement un obstacle à l’agrandissement d’un territoire protégé dédié, condition essentielle de sa survie », explique le porte-parole, Pascal Bergeron.

Une douzaine d’organismes de la Coalition Québec meilleure mine ont signé cette demande de moratoire sur l’attribution de nouveaux claims miniers.

Commentaires

22 novembre 2022

Gagnon Roger

Continuez de fermer la Gaspésie; On prendra les métaux des éoliennes ailleurs; Ça va pas bien en Gaspésie depuis 40 ans. Et la non vision de ces élites semblent dater de la préhistoire. Fermez les mines, fermez les pêches, fermez l'exploitation forestière, fermez les routes de l'arrière pays, etc.. Qui gère la Gaspésie, des gardiens de prison habitués aux fermetures?

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média