Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

08 septembre 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Un projet de 144 logements retardé par une clause datant de 1978

GASPÉ

Gaspé

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Le taux d’inoccupation à Gaspé est à 0,8%, l’équilibre se trouvant à 3%.

Alors que la crise du logement sévit partout dans l’ensemble la province et que certaines familles doivent littéralement dormir dans leur voiture pendant la saison estivale, un projet de 144 appartements à Gaspé est retardé en raison d’une antique clause datant de 1978.

À pareille date l’an dernier, Michel Collin, Allyson Cahill-Vibert et Christophe Poirier – des entrepreneurs locaux – annonçaient la construction des 144 logements pour un investissement chiffré à au moins 25 millions de dollars, sur le terrain adjacent au supermarché IGA, qui appartient à la Ville de Gaspé.

Ce terrain leur avait été cédé en 1978 par ce qui est aujourd’hui le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Une vieille clause datant de cette époque stipule que la Ville de Gaspé doit cependant consulter le ministère avant de le vendre. Seuls certains usages sont autorisés, sans quoi des pénalités financières sont applicables. La construction d’unités d’habitation ne fait pas partie des usages permis. Incidemment, des compensations financières doivent être versées à Québec, soit 381 000$ en l’occurrence. Pas de chèque, pas de vente, pas de logements.

« Le gouvernement du Québec voulait être facilitant pour construire des logements et des places en garderie, mais de recevoir un coup de baguette sur les doigts en sortant une règle qui date de 44 ans, on l’a un petit peu sur le cœur. On a tout essayé et c’est non-négociable », indique le maire Daniel Côté, qui précise toute de même que le politique a bien tenté de démêler le nœud gordien depuis trois mois, en vain. « Ce sont des règlementations provinciales et le politique ne peut les changer sur un coin de table évidemment. On va quand même inviter le prochain gouvernement à faire tomber certaines règles qui peuvent amener à des aberrations comme celle-là », ajoute-t-il.

La Ville de Gaspé touchera tout de même entre 300 000$ et 550 000$ pour la vente du terrain, selon la rapidité des entrepreneurs à compléter les travaux. Le budget de la Ville est de 29 millions de dollars. Rappelons que le taux d’inoccupation à Gaspé est à 0,8%, l’équilibre se trouvant à 3%.

Commentaires

14 septembre 2022

Jean PIerre Cloutier

Je veux bien croire que nous sommes en pleine campagne électorale, mais il n'en demeure pas moins que la "toute-puissante CAQ" aurait pu accélérer le processus et ce, avec l'approbation des 5 partis qui sont tous au courant que nous avons un urgent besoin de logements..... MERCI à la candidate du Parti Québécois qui a littérallement forcé le gouvernement caquiste à instaurer le droit de préemption tellement elle a insisté et été tenace! Méganne Perry Mélançon a fait un job du tonnerre considérant le nombre de dossiers et d'enjeux qu'elle devait maîtriser au quotidien.... C'est une politicienne qui continue à relever les défis avec brio au point où ce sont ses pairs à l'Assemblée nationale qui ont du le reconnaître...

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média