Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

20 juin 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Grande-Rivière met la main sur 18 lots après 35 ans d’attente

PARC INDUSTRIEL GAGE-CLAPPERTON

Gage Clapperton

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Le parc industriel est le troisième port de pêche sur les 89 au Québec pour la valeur et le volume des débarquements effectués en 2021.

Cette fois-ci devrait être la bonne. Après un premier protocole d’entente signé en 1986, puis actualisé 20 ans plus tard en 2006, le gouvernement du Québec remettra enfin à la Ville de Grande-Rivière 18 lots lui appartenant dans le parc industriel.

Une somme de 4,7 millions de dollars est rattachée à la transaction, afin de remettre à niveau certains actifs légués comme l’émissaire en mer, la station souterraine de pompage d’eaux domestiques usées, des équipements d’alimentation électrique et de la tuyauterie.

La municipalisation du parc Gage Clapperton est évidemment une bonne nouvelle pour le maire Gino Cyr, qui cite plusieurs projets privés qui pourront ainsi se concrétiser, dont l’agrandissement des Industries FIPEC, qui se spécialisent dans la confection de casiers et de filets sur mesure. « Ça va permettre aux entreprises d’avoir des projets d’expansion, pour faire du développement. On vient se donner les outils pour aller de l’avant dans nos dossiers économiques », explique le maire Cyr.

Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, qui était à Grande-Rivière ce matin pour l’annonce de la cession des 18 lots, abonde dans le même sens. « C’est vraiment en train de devenir un pôle à Grande-Rivière si on regarde les investissements dans la dernière année pour créer cet écosystème. Que la municipalité puisse contrôler ses leviers de développement économique sur son territoire, pour nous c’était important », précise-t-il.

Ce dernier n’a cependant pas voulu se commettre sur une éventuelle Zone d’innovation de l’économie bleue du Québec, dont le projet est développé en partenariat avec les villes de Sainte-Thérèse-de-Gaspé et Rimouski et qui pourrait générer des investissements totaux de plus de 230 millions de dollars.

Les zones d’innovation visent à attirer des talents, des entrepreneurs, de grands donneurs d’ordres ainsi que des chercheurs du Québec et d’ailleurs. Seules Sherbrooke quantique et Technum Québec ont été annoncées pour le moment par le gouvernement de la CAQ. Pour Gino Cyr, l’arrivée prochaine d’une antenne universitaire à Grande-Rivière, la mise en place du carrefour de l'innovation en pêches et aquaculture de Merinov pour 17 millions de dollars et la municipalisation du parc industriel sont autant d’indices qui laissent croire que le projet gaspésiano-rimouskois pourrait être sérieusement considéré. « Selon moi, c’est un projet en béton. On a fait la présentation de notre dossier au comité économique du premier ministre et ç’a super bien été. Toute la job est faite, le reste ça leur appartient à ce point, mais je n’ai pas de signes négatifs pour l’instant! »

Le maire croit d’ailleurs que la porte de salut pour le parc d’hivernage à bateaux et tout le dossier de l’acquisition et l’installation de la grue portique puisse passer par la Zone d’innovation.

En bref

 

Le parc industriel est le troisième port de pêche sur les 89 au Québec pour la valeur et le volume des débarquements effectués en 2021. La principale espèce débarquée à Grande-Rivière est le crabe des neiges, qui représente 68 % en valeur des débarquements, suivie du homard à 29 %. Ses installations touchent près de 330 pêcheurs, aides-pêcheurs et autres travailleurs en usine.

Le parc Gage Clapperton accueille un parc d'hivernage, deux usines de transformation de produits marins ainsi que deux entreprises de fournitures de biens et de services aux pêcheurs. L'École des pêches et de l'aquaculture du Québec et le Carrefour de l'innovation halieutique sont situés à proximité du parc industriel.

Grande-Rivière

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

La principale espèce débarquée à Grande-Rivière est le crabe des neiges, qui représente 68 % en valeur des débarquements, suivie du homard à 29 %.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média