Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

30 mai 2022

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Mandat de grève à la cimenterie McInnis

PORT-DANIEL-GASCONS

Ciment McInnis

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

La première convention collective avait été entérinée à la fin de l’année 2018.

Les travailleurs de la carrière et de la cimenterie McInnis – maintenant propriété de Ciment St Marys, une filiale de la brésilienne Votorantim – se sont doté d’un mandat de grève, dans une proportion de 100 % et 98,6 %. Deux séances de négociation sont prévues les 13 et 14 juin prochains.

Les travailleurs avaient rejeté une première offre au début du mois d’avril, puis une seconde la semaine dernière, les deux fois à l’unanimité. Selon le syndicat, les négociations achoppent sur les salaires, le régime de retraite et quelques articles normatifs de la convention collective.

« Les conditions de travail chez McInnis sont inférieures à ce qui est offert dans les autres cimenteries québécoises. Non seulement les propositions de l’employeur ne nous permettent pas de s’en rapprocher, mais en plus elles ne couvrent même pas l’inflation. Nos membres refusent de s’appauvrir », lance le président de la section locale 9602 des Métallos, Renaud Langlois.

Ce dernier se compare à d’autres cimentiers comme Lafarge à Saint-Constant et Ciment Québec à Saint-Basile-de-Portneuf, arguant que la production est deux fois plus élevée à Port-Daniel-Gascons. Renaud Langlois représente 15 travailleurs à la carrière et 81 à la cimenterie.

La première convention collective avait été entérinée à la fin de l’année 2018. Les contrats étaient de trois ans et prévoyaient des hausses salariales de 2,6% la première année et de 3% pour chacune des deux années suivantes, plus un boni de 1500 $ à la signature. Il s’agit incidemment d’un premier renouvellement de convention collective pour les travailleurs de l’usine et à la carrière.


« Le mandat de nos membres ne pourrait être plus clair. Ils veulent avancer, se protéger de l’inflation et amorcer un rattrapage salarial. Leur détermination est grande et ils n’hésiteront pas à mettre en œuvre leur mandat. L’employeur doit saisir le message et transmettre des mandats en conséquence à ses négociateurs syndicaux d’ici la mi-juin », fait valoir de son côté le représentant syndical des Métallos, Éric Matte.

Rappelons que Ciment McInnis a démarré sa production en juin 2017. En décembre 2020, la société Votorantim Cimentos a acheté les actifs par l’entremise de sa filiale canadienne Ciment St Marys. L’entente a été officialisée en avril 2021.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média