Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

07 décembre 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Gaspé a besoin de 400 nouveaux logements

GASPÉ

Appartement Logement

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Le loyer moyen d’un logement construit avant 1960 était de 542$, excluant toute charge, alors qu’un logement plus récent, construit après 2000, pouvait afficher un loyer moyen de 864$. Les nouveaux loyers construits dans les 4 dernières années affichent un prix médian de 1 150$ pour un logement de 2 chambres.

Utilisez la sémantique que vous voudrez – que ce soit une crise ou non – n’en demeure pas moins que le problème est bien réel. Une étude de la firme spécialisée Groupe Altus dont les résultats ont été rendus publics par la Ville de Gaspé hier soir indique qu’il faudrait pas moins de 400 logements au cours des prochaines années pour répondre à la demande.

Ces chiffres comptabilisent uniquement les unités déjà construites et ne prennent pas en considération les projets à venir déjà annoncés, comme celui de 144 logements sur le terrain près du supermarché IGA. L’ensemble de ces unités viendrait théoriquement résorber 36% du problème. Les appels d’offres devraient d’ailleurs être lancés au plus tard à la fin du mois de mars.

Ceci dit, le manque de logements demeure criant. Et ce, malgré la construction dans les 5 dernières années de plus de 68 logements locatifs privés, le début de la construction de 12 logements sociaux à Petit-Cap, les 48 unités à venir de la Maison des Aînés de Rivière-au-Renard ou encore la construction de 225 maisons/chalets. La fin des travaux chez LM Wind Power l’an prochain créera évidemment une pression indue sur le marché. Dans une entrevue récente avec le Gaspésie Nouvelles, le maire Daniel Côté estimait le nombre de nouveaux travailleurs à 200, mais peut-être même 400 ou 600.

L’étude du Groupe Altus prend d’ailleurs en considération les projections des plus grands employeurs du territoire, tout comme les tendances démographiques de l’Institut de la statistique du Québec ou encore les offres d’emploi actuellement affichées. « Malgré des années record quant à la construction résidentielle en 2020-2021, les besoins sont toujours aussi criants [...] avec la croissance économique qui s’accentue, mentionne le maire de Gaspé. Les projets attachés pour les prochaines années, dont les 144 unités proches du Carrefour Gaspé, montrent qu’on est sur la bonne voie. Mais pour moi, le maximum de 400 logements évalué dans l’étude pourrait bien être un minimum avec tous les projets sur la table. Cela démontre que notre milieu est effervescent, attractif et prêt à croître. »

Un parc immobilier vieillissant

 

L’étude indique également que 73% du parc immobilier de logements à Gaspé a été construit avant les années 1980, l’âge affectant directement le coût. Le loyer moyen d’un logement construit avant 1960 était de 542$, excluant toute charge, alors qu’un logement plus récent, construit après 2000, pouvait afficher un loyer moyen de 864$. Les nouveaux loyers construits dans les 4 dernières années affichent un prix médian de 1 150$ pour un logement de 2 chambres. « Nous sommes conscients de la problématique de pénurie de logements qui sévit présentement sur le territoire. Celle-ci touche tous les nouveaux arrivants et plusieurs citoyens de la municipalité. Malgré les nombreuses constructions des dernières années, nous sommes toujours en mode développement. Nous sommes confiants que les annonces récentes en matière de construction de logements pourront aider à résorber une partie de la demande, par contre, nous avons encore de la place pour de nouveaux projets majeurs de développement autant en logements sociaux qu’en logements privés. Les promoteurs qui veulent nous aider à supporter cette croissance extraordinaire sont les bienvenus! », conclut le maire Côté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média