Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

27 septembre 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

La députée s’inquiète pour les PME et les infirmières

GASPÉ

Méganne Perry Mélançon

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Méganne Perry Mélançon.

Méganne Perry Mélançon et le PQ s’inquiètent pour les PME québécoises aux prises avec un manque criant de main-d’œuvre. Suite à l’élection de lundi dernier, ils se demandent dans quelle mesure les libéraux fédéraux seront désormais ouverts à céder au Québec des pouvoirs en immigration.

Selon leur lecture, le gouvernement de Justin Trudeau sera plus que jamais réticent à accorder au Québec davantage de pouvoirs en matière d’immigration. « Nous craignons fort qu’en affichant publiquement sa préférence pour les conservateurs, François Legault aura finalement nui aux efforts du Québec, qui souhaite depuis longtemps rapatrier ces pouvoirs », lance le chef Paul St-Pierre Plamondon.

La députée de Gaspé abonde dans le même sens. « Rapatrier chez nous tous les pouvoirs en immigration est absolument essentiel, notamment pour adapter les programmes aux besoins des régions, mieux prendre soin des travailleurs et veiller à leur intégration en français », ajoute-t-elle. Rappelons que le PQ propose de régionaliser au moins 50% de l’immigration. Il s’agit d’une de leur piste de solution pour pallier à la pénurie de main-d’œuvre dans les PME.

Formation universitaire aux infirmières?

 

Les infirmières devraient-elles obligatoirement détenir une formation universitaire pour pouvoir pratiquer? C’est à cette question que Méganne Perry Mélançon souhaite obtenir une réponse claire de la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann.

Cette proposition a souvent été formulée dans le passé et refait surface sporadiquement. L’idée mise de l’avant par l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) avait notamment été rejetée en 2014.

D’autres acteurs du milieu de la santé plaident aussi pour un BAC obligatoire en soins infirmiers. Le Collège des médecins du Québec estime qu’il s’agit du minimum requis pour les défis du XIXe siècle. Il s’agissait d’ailleurs du titre de leur mémoire présenté dans le cadre des États généraux de l’OIIQ cette année, eux qui exigent la mise en place du baccalauréat obligatoire dans les meilleurs délais.

Mais aux yeux de la porte-parole du Parti Québécois en matière d’enseignement supérieur, il serait absolument insensé d’emprunter cette voie, d’autant plus que le DEC en soins infirmiers est au premier plan dans nombre d’établissements collégiaux en région. Une coalition formée des associations étudiantes, de la Fédération des cégeps et des syndicats de professeurs réclame d’ailleurs le maintien du diplôme d’études collégiales (DEC) qualifiant en soins infirmiers. « Je me range résolument aux côtés de la coalition. Je n’ose même pas imaginer ce qui pourrait arriver si les infirmières qui sortent de nos cégeps ne pouvaient plus pratiquer; ce serait à n’en pas douter un désastre, à la fois pour le système de santé et pour les cégeps », estime la députée de Gaspé.

Si le gouvernement décidait d’imposer aux infirmières une formation universitaire, plusieurs cégeps en région risqueraient leur survie, croit la députée. « Le DEC en soins infirmiers est offert dans 48 établissements collégiaux, dans toutes les régions. Dans l’Est-du-Québec, les inscriptions sont même en hausse! Le programme dynamise les établissements et favorise une bonne répartition des finissants sur le territoire. C’est une formation importante, de laquelle sortent des professionnels compétents, qui répondent aux besoins du réseau. Alors qu’on parle de pénurie partout, on ne peut certainement pas s’en priver. »

Restera à voir la réponse de la ministre McCann. Selon le Journal de Québec, cette dernière ne fermerait pas la porte à l’idée, mais dit attendre d’avoir une demande officielle sur son bureau pour se prononcer, et qu’alors la décision suivra « à la suite des recommandations qui seront formulées par l’Office des professions », dixit le quotidien.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média