Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

23 septembre 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Entre 50 et 60 M$ pour une mise en valeur des Chic-Chocs

HAUTE-GASPÉSIE

Chic-Chocs

©Photo SÉPAQ

Le projet de mise en valeur pourrait nécessiter des investissements entre 50 et 60 millions de dollars.

La popularité des Chic-Chocs n’est plus à démontrer. Les amateurs de plein air sont de plus en plus nombreux à y converger. Le potentiel demeure néanmoins énorme, en témoigne un projet de mise en valeur évalué entre 50 et 60 millions de dollars qui est dans les cartons depuis plus de 20 ans, mais qui a été dépoussiéré récemment.

Depuis janvier 2020, Destination Chic-Choc et le CIRADD ont notamment repris en main le dossier. Au menu : création de routes d’accès et de sentiers en montagne, mise sur pied d’un système de télécommunications pour une couverture cellulaire digne de ce nom, développement d’une route touristique, d’un réseau de refuges en montagne, plan de mise en marché intégré. Les idées sont nombreuses pour mieux apprécier l’étendue de ce que les Chic-Chocs ont à offrir, principalement dans le secteur de la Haute-Gaspésie.

« Il y a eu un travail de fond pour inventorier ce qui existe déjà et les projets potentiels. Ç’a été 9 mois de travail intense en 2020. La table est maintenant mise pour aller de l’avant. Les dossiers ont été déposés l’été dernier en pleine pandémie alors des processus ont été retardés, mais là ça parait aboutir », explique Christian Cyr, président du conseil d’administration de Destination Chic-Chocs, un partenaire de longue date de la Sépaq qui gère la pêche au saumon sur la rivière Sainte-Anne et la longue randonnée. Ce dernier gravite depuis plus de 20 ans autour de ce dossier, qui pourrait enfin se concrétiser. Peut-être pas aujourd’hui et probablement pas demain, mais les astres semblent s’aligner.

Environ 140 intervenants socioéconomique de la Haute-Gaspésie ont signé une lettre d’appui au projet. Le politique serait tout autant emballé. Diane Lebouthillier en avait d’ailleurs fait l’une de ses priorités en campagne électorale.

« Le son de cloche qu’on a, c’est qu’au fédéral c’est la priorité à l’Est de Québec, précisait Christian Cyr avant les élections du 20 septembre. Le provincial serait aussi prêt à aller de l’avant pour l’élaboration de plans et devis et l’évaluation d’impacts. Je suis confiant à 99% que ça se réalise. Il n’y a pas de raison que ça n’aboutisse pas en tout ou en partie. C’est une question de leadership pour rattacher tout ça entre les partenaires. »

Des demandes de financement en bonne et due forme devraient donc être déposées d’ici la fin de l’année ou au début 2022. La démarche intégrée devrait se faire avec le milieu et les partenaires d’état comme la Sépaq et la Réserve faunique des Chic-Chocs.

« Il y eu une progression dans la qualité des produits et services depuis 25 ans, mais il y a une autre marche à monter pour se rendre à un calibre international, analyse Christian Cyr. Il y a eu des investissements majeurs ailleurs dans les dernières années, dans le parc Forillon ou à Percé par exemple. C’est maintenant au tour de la Haute-Gaspésie. Ça viendrait renforcer la chaîne récréotouristique en Gaspésie. On est dû pour un second investissement majeur. Il n’y en a pas eu ici depuis 2001-2004. On veut que ce soit dans une perspective de développement durable, autant avec le privé que des OBNL. Les projets ne sont pas tous définis finement, mais on sait que ça va prendre de l’hébergement, que ce soit en camping, en refuge, en auberge ou en chalet. Les Chic-Chocs ne s’arrêtent pas aux limites de la Réserve ou au parc national de la Gaspésie. C’est un territoire naturel qui va jusqu’au fleuve. Il faut développer les services jusqu’à la côte. C’est clair et net que ça va ressortir. »

On veut aussi une mise en valeur harmonieuse avec une planifications stratégique solide, réfléchie et pérenne pour le milieu, sans conflit d’usages et en respectant l’environnement, en contrôlant par exemple les territoires fragiles. La balle sera bientôt dans le camp des décideurs. Restera à voir ce qu’ils en feront.

Commentaires

23 septembre 2021

André Bernatchez

❇️ Je souhaite que le projet finisse par aboutir

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média