Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Autres

Retour

08 septembre 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Une expérience inoubliable aux Olympiques pour Yves Côté

PERCÉ

Yves Côté

©Photo Gracieuseté

Le juge-arbitre Yves Côté, accompagné des arbitres de partie Éric Desroches et Gérald Arseneault.

« Je suis un arbitre olympique ». Pour toujours, Yves Côté pourra se répéter ces mots et se dire qu’il a gravi l’échelon ultime dans l’arbitrage au badminton.

L’exploit est digne de mention. Quand on y pense, beaucoup moins d’arbitres que d’athlètes se rendent jusqu’aux Jeux olympiques. La délégation du Canada comptait 381 sportifs pour les jeux d’été à Tokyo. Pour les arbitres, difficile à dire. Les données sont disparates. Un article ici en mentionne quatre pour le tournoi de basketball, un autre par-là fait état de trois autres pour le badminton. bref, très peu peuvent se targuer eux aussi d’avoir été arbitre olympique. « C’est comme être champion du monde. Personne ne pourra jamais m’enlever ça », résume fièrement Yves Côté. Et avec raison. Rappelons que le Gaspésien fait partie du club sélect des 11 juges-arbitres certifiés par la Fédération mondiale de badminton. Il est le premier Canadien à obtenir ce titre en 2018, et donc le premier Canadien à être juge-arbitre aux Olympiques.

À la hauteur des attentes

 

De retour au bercail le 4 août dernier, la première chose qu’Yves Côté a faite a été d'accrocher sur la galerie de sa maison à Barachois les 5 anneaux olympiques qu'il s'était confectionnés. Il va sans dire qu’il se montre plus qu’enchanté de son expérience. Oui la bulle sanitaire, oui le manque de spectateurs dans les gradins, oui les contraintes de déplacement et oui les tests Covid récurrents. Mais les Olympiques demeurent tout de même les Olympiques; la plus grosse et la plus grandiose scène du sport international. « C’est incroyable! C’est une expérience inoubliable et il y a eu des matchs époustouflants! », s’exclame-t-il.

Parce qu’avant tout, avant d’être juge-arbitre, Yves Côté est surtout un mordu de son sport. À mesure que le tournoi avançait, ses tâches s’allégeaient avec le nombre réduit de matchs qui restaient à l’horaire. Il était d’ailleurs aux premières loges pour assister à la demi-finale masculine en simple entre Victor Axelson du Danemark – qui allait plus tard décrocher la médaille d’or – et Kevin Cordon du Guatemala. Comme ce dernier provient lui aussi de la zone panaméricaine, Yves Côté a préféré se substituer à un autre juge-arbitre, par souci d’impartialité. « Axelson a dit par la suite que ç’a été son match le plus difficile. J’y étais comme spectateur et j’ai pris le temps de le regarder. C’est le meilleur match que j’ai vu! »

Comme arbitre, le tournoi s’est joué sans heurts. Aucune décision controversée n’est venue teintée la compétition. « Ç’a été très tranquille de ce côté. Il n’y a eu que deux cartons jaunes décernés, pour avoir retardé la partie. Sinon tout a été un fait saillant comme juge-arbitre! », se réjouit-il. Il s’agissait d’ailleurs pour lui d’un baptême olympique à 63 ans, mais en même temps son chant du cygne puisque les juges-arbitres doivent se retirer au maximum à 65 ans. Chose certaine, Yves Côté aura goûté à la consécration dans sa passion.

Yves Côté

©Photo tirée de Facebook – Badminton Canada

Yves Côté en action s’assurant que les règles sont respectées.

Commentaires

9 septembre 2021

Jocelyn arsenault

Encore bravo Yves , nous sommes fière de toi le Gaspésien .

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média