Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2021

Retour

02 septembre 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Les candidats croisent le fer à Sainte-Anne-des-Monts

DÉBAT DES CANDIDATS

Débat

©Photo Dominique Fortier - Gaspésie Nouvelles

Guy Bernatchez, Jean-Pierre Pigeon et Christian Rioux étaient les trois candidats présents au débat.

Avait lieu ce jeudi un premier débat entre les principaux candidats dans Gaspésie – Les-Îles-de-la-Madeleine. Voici en résumé les différentes affirmations prononcées par chacun d’eux. Les propos n’engagent que ceux qui les prononcent.

Diane Lebouthillier, PLC

Note de la rédaction. S’étant déplacée jusqu’à Sainte-Anne-des-Monts, la candidate Diane Lebouthillier a indiqué qu’elle préférait ne pas participer au débat, apprenant que son adversaire Christian Rioux du Parti populaire du Canada n’avait pas son passeport vaccinal. Toutes les mesures sanitaires exigées par la santé publique du Québec pour cet événement qui se tenait à la Maison de la Culture ont été observées. Seul le public présent dans l’assistance était tenu de présenter leur passeport vaccinal, selon le décret de la santé publique en vigueur à ce moment. La prérogative ayant été laissée aux candidats eux-mêmes, Guy Bernatchez et Jean-Pierre Pigeon ont accepté de participer au débat dans le contexte actuel, contrairement à Diane Lebouthillier. Cette dernière a expliqué sur les réseaux sociaux qu’elle ne prévoyait participer qu’aux débats qui prévoient une politique de vaccination obligatoire et des mesures pour sa sécurité, celle de sa famille, de son équipe et des membres de la communauté. « Nous devons faire notre part pour limiter la propagation du virus, finir le combat contre la COVID et protéger notre communauté », a-t-elle expliqué.

Guy Bernatchez, Bloc Québécois

- C’est un exercice démocratique extrêmement important pour la population. J’ai mon VaxiCode. J’ai fait mes vérifications avec le national et nous sommes en loi ce soir [...]  Je suis très déçu de la tournure des événements (à propos du désistement de Diane Lebouthillier)

- On a 7 grands thèmes pour la pénurie de main-d’œuvre, soit le crédit d’impôt pour les futurs diplômés et les immigrants en région, valoriser les travailleurs d’expérience, suspendre la PCRE, stimuler le virage numérique des entreprises, rapatrier la gestion des travailleurs temporaires au Québec, bonifier les crédits d’impôt en recherche et développement, augmenter les transferts en santé

- M. Trudeau nous lance en élections pour avoir sa majorité. Ça va coûter plus de 600 millions de dollars. Ça va être du pareil au même le 20 septembre et cet argent aurait pu servir à relancer l’économie, surtout en région

- On veut bonifier les subventions aux SADC. Ils sont d’une aide inestimable

- Il faut que le phare de Cap-des-Rosiers soit remis à niveau et décentraliser les travailleurs de la fonction publique en région

- On traverse une crise sans précédent. Les travailleurs de la santé sont sur la ligne de front et 9 hospitalisations sur 10 concernent des non vaccinés. Je trouve ça déplorable. On demande aux gens de faire leur effort de guerre pour traverser cette pandémie

- Il y a une différence entre avoir le pouvoir et avoir du pouvoir. Le Bloc l’a prouvé.

Jean-Pierre Pigeon, PCC

- Je trouve ça dommage, mais c’est dans son droit (à propos du désistement de Diane Lebouthillier)

- Avant la pandémie nous avions déjà une pénurie d’emplois. On souhaite une harmonisation entre Québec et Ottawa, et que Québec soit le leader pour l’immigration

- On veut poursuivre pendant 6 mois une aide aux crédits, mais pour les PME. Jusqu’à 25% pour les nouveaux emplois qu’ils vont créer. L’argent va aller à l’employeur. Ça aurait dû se faire depuis le départ

- Quand tu as mis le bonbon dans la bouche d’un enfant, c’est dur de lui enlever

- Depuis la fondation du Canada, les libéraux impriment de l’argent, puis les conservateurs reviennent pour ramener l’équilibre et ils passent pour les méchants

- J’ai validé et nous allons régler le dossier du phare de Cap-des-Rosiers

- On veut créer un rapport d’impôt unique tout en préservant les emplois existants

- On ne veut pas augmenter les impôts et les taxes durant un premier mandat

- Tant que les fardiers et les bateaux de pêche n’auront pas des moteurs électriques, il nous faudra du pétrole. Ce que ça prend c’est une transition

- On laisse le choix de chacun pour sa santé. On préfère que tout le monde soit vacciné. Je le suis, mais il y a d’autres moyens de vérifier comme les tests rapides

- Je connais bien Maxime [Bernier] et des fois je me demandais quel problème psychologique il avait

- On va augmenter les budgets en santé de 6%

- Si vous me faites confiance, je ne vous décevrai pas. Sinon dans 4 ans ce sera bye bye

Christian Rioux, PPC

- Je tiens à déplorer que Mme Lebouthillier ait refusé de participer à moins que j’en sois exclu. C’est complètement antidémocratique; je trouve ça très désolant

- On veut la fin du clientélisme et de la division. On s’en fout avec qui vous couchez, tant que vous adhérez aux valeurs communes canadiennes. On veut miser sur ce qui nous unit

- On veut la fin des dépenses folles, de l’endettement et de l’alarmisme climatique. Il faut écouter les vrais scientifiques, pas Greta Thunberg et Dominic Champagne

- Le virus est rendu presque inoffensif et tue à peu près autant que la grippe saisonnière. Le vaccin lui est encore en phase expérimentale

- Il ne faut pas juste miser sur le tourisme. Oui c’est important, mais aussi les ressources naturelles comme la pêche, les forêts, la pêche, l’agriculture et les ressources pétrolières

- Mathématiquement, tous les partis peuvent être élus et au pouvoir, sauf le Bloc

- L’environnement c’est une chose, l’alarmisme climatique ç’a en est une autre. C’est un dossier essentiellement politique et pas scientifique. Il n’y a pas d’urgence climatique. Les variations du climat sont essentiellement naturelles

- Les gens de notre parti sont des personnes ordinaires. Ils en ont assez de la classe politique actuelle. On sait que nos chances ne sont pas très élevées, mais on le fait par conviction pour défendre ce qui nous semble juste

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média