Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

14 juillet 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Près de 170 M$ et 200 nouveaux emplois chez LM Wind Power

GASPÉ

Alexandre Boulay

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Alexandre Boulay.

General Electric investira entre 160 et 170 millions de dollars afin d’agrandir son usine de pales d’éoliennes de Gaspé.

Les travaux pourraient commencer aussi tôt que dans les prochaines semaines et devraient s’échelonner entre 14 et 15 mois, pour se terminer à l’automne 2022. Les investissements permettront de doubler, voire de tripler le volume de l’usine. « On ne parle pas d’un petit projet d’agrandissement, c’est vraiment majeur. Honnêtement on ne le réalise comme pas, mais quand on va voir la structure se monter, on va comprendre l’ampleur du projet [...] On va pouvoir se diversifier, s’ajuster au marché, exporter en Amérique du Nord et ailleurs au Canada, en plus de voir que le marché local s’ouvre à nouveau. C’est vraiment un grand jour pour nous », explique d’emblée Alexandre Boulay, maintenant directeur des opérations de LM Wind Power pour les Amériques.

Les travaux permettront surtout de mettre sur pied des pales deux fois plus longues de 107 mètres destinées aux éoliennes en mer (éoliennes offshore). Celles actuellement fabriquées à Gaspé font 47 mètres. Déjà seul constructeur de pales au Canada, l’usine de Gaspé fabriquera maintenant la plus grande au monde. « Ce projet d’agrandissement de l’usine de LM Wind Power à Gaspé s’harmonise parfaitement avec les politiques gouvernementales pour le climat et vient soutenir notre clientèle grâce à des solutions technologiques appuyant son leadership climatique », a pour sa part affirmé Heather Chalmers, presidente‑directrice générale de GE Canada.

Justin Trudeau

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Justin Trudeau a profité de son passage pour saluer les employés.

200 emplois

 

Les deux paliers de gouvernement ont confirmé leur appui au projet. Signe que le projet est particulièrement porteur, le premier ministre Justin Trudeau était sur place pour l’occasion. Ce dernier a confirmé que son gouvernement prêterait jusqu’à 25 millions de dollars, alors que le provincial allongera pour sa part 29 millions. Ensemble, les prêts d’Ottawa et de Québec pourraient donc totaliser jusqu’à 54 millions de dollars. « C’est le temps de se retrousser les manches pour rebâtir; rebâtir en mieux. Nos régions doivent avoir les outils nécessaires pour réussir et c’est exactement ce pourquoi nous sommes ici aujourd’hui », a lancé Justin Trudeau.

Qui plus est, ce sont 200 nouveaux postes qui seront créés et qui viendront s’ajouter aux 380 employés de plancher déjà en place. Une grappe de solutions sera mise sur pied pour dénicher ces 200 emplois supplémentaires, à l’heure où le défi du logement et des places en garderie est déjà criant.

À ce propos, le maire de Gaspé a tenu à se faire rassurant en conférence de presse, soulignant que des promoteurs privés devraient très bientôt s’afficher publiquement pour la construction de dizaines d’unités de logement supplémentaires. « On est en train d’attacher les dernières ficelles », assure Daniel Côté.

Idem du côté des places en garderie alors que le ministre de la Famille Mathieu Lacombe était justement à Gaspé lui aussi mercredi. Aucune annonce officielle de sa part pour de nouvelles places, mais ce dernier a laissé entendre que les prochaines semaines devraient être fructueuses et que la région ne devrait pas être déçue. « On va régler ce problème. Chaque enfant aura une place [...] L’annonce s’en vient et je pense que tout le monde devrait bien dormir. Il y en aura davantage que prévu », lance Mathieu Lacombe.

16 ans plus tard

 

Mine de rien, les 170 millions dollars d’investissement feront de ces travaux le plus grand projet industriel dans l’histoire de la Ville de Gaspé. Pas une mince affaire pour un projet que certains enterraient déjà avant même ses débuts en 2005. Aujourd’hui, soit 16 ans après la première coulée de béton, l’aventure est loin de s’achever.

« C’est une annonce historique pour les employés de LM Wind Power et notre région. À l’époque, construire une usine manufacturière chez nous était complètement utopique. Ici c’était l’industrie forestière, la pêche, le tourisme et l’exploitation minière. LM Wind Power représentait la nouvelle économie; le futur. Le futur est devenu réalité », s'est réjouit Alexandre Boulay sous des applaudissements nourris des employés et des dignitaires sur place. « Le meilleur est à venir. C’est ce que nous faisons de mieux, nous adapter et nous transformer pour faire de l’éolien la source d’énergie la plus compétitive. Ce sera un voyage fantastique pour des pales immenses et performantes. Imaginez Gaspé, une petite ville au bout du Canada, qui participe activement à la lutte aux changements climatiques partout dans le monde! Rien ne me rend plus fier! »

Et rien d’un plan de sauvetage pour « sauver » une entreprise en Gaspésie, comme l’écrivait un certain média national. « On va réussir notre pari de faire croître Gaspé et la Gaspésie. Avec le fruit d’un effort collectif, on va être à l’avant-garde mondial en énergie éolienne. Continuons d’avancer et de prospérer ensemble », ajoute Daniel Côté.

Rappelons qu’un autre agrandissement avait été entamé en 2017, un an après que LM Wind Power eut signé un important contrat d’exportation vers les États-Unis. Les travaux de 12 millions de dollars – incluant l’acquisition de nouveaux équipements – avaient alors permis de créer 265 emplois.

Signalons aussi qu'en octobre 2020, la Ville de Gaspé a lancé un appel d’offres pour la conception d’un lien routier entre le parc industriel des Augustines et le port de Sandy Beach. La firme Tetra Tech de Rimouski a obtenu le contrat. Ultimement, les pales pourraient donc facilement prendre la mer à partir du port en eaux profondes. Et tout semble avoir été orchestré dans les règles de l'art pour respecter les exigences internationales et américaines, histoire de s'éviter des accusations de dumping ou de subventions illégales.

« Vous pourrez profiter des accords commerciaux signés avec l’Europe, les États-Unis et l’Asie. Le marché mondial est ouvert à vous et vous aurez un accès privilégié, qui va permettre des emplois de qualité », conclut pour sa part François-Philippe Champagne, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l'Industrie.

Justin Trudeau

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

François-Philippe Champagne, Alexandre Boulay, Justin Trudeau, Heather Chalmers, Jonatan Julien, Diane Lebouthillier et Daniel Côté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média