Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

08 juillet 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Lancement de la campagne de financement pour l’École de permaculture

PERCÉ

Permaculture

©Capture d’écran YouTube

Cette école de permaculture et d’agriculture innovante serait la première du genre au Québec.

L’implantation à Val d’Espoir de la première école de permaculture du Québec suit son bonhomme de chemin et une autre étape vient d’être franchie avec le lancement d’une campagne de financement sur la section gaspésienne du site web de La Ruche.

La Société de développement économique de Percé, qui est maintenant responsable de l’incubation et de la réalisation du projet, espère aller chercher une somme de 50 000$, puisque le projet est déployé pour et par la communauté.

Pit Caribou n’a d’ailleurs pas tardé à répondre à l’appel avec une contribution conséquente de 5 000$. Elle a aussi fait don de 30 caisses de bières pour la vente de paniers cadeaux, soit l’équivalent d’environ 1 500$. « Développer l’autonomie alimentaire de notre communauté et valoriser nos agriculteurs locaux, c’est directement en lien avec notre mission de produire des bières de qualité en misant sur ses ressources locales, explique le copropriétaire Jean-François Nellis. Si aujourd’hui boire une bière de votre microbrasserie locale est un geste quotidien, ce n’était pas le cas dans les premières années de la microbrasserie et l’équipe a dû faire de l’éducation sur la possibilité de faire des bières de qualité en région [...] Un projet dans une vision de développement durable et d’innovation mérite d’être soutenu. »

Rappelons que cette école de permaculture et d’agriculture innovante serait la première du genre au Québec. Le projet prévoit notamment l’érection d'une serre 4 saisons de 4 200 pieds carrés qui permettrait de faire de la culture maraîchère et de tenir des activités d'enseignement tout au long de l’année. Des formations de courte (5-15 heures), moyenne (72 heures) et longue durée (15 semaines; 400 heures) seraient offertes. Les travaux nécessaires à sa réalisation sont estimés entre 257 000$ et 835 000$, sur 10 ans. Selon les projections, l’école s’autofinancerait dès la première année, en majeure partie grâce à la vente des produits maraîchers qui pousseront pendant les formations.

L’école de permaculture sera mise en place sur le site de l’école primaire de Val d’Espoir. Au moment d’écrire ces lignes, les contributions atteignaient presque les 6 000$. « Tout le monde sait que l’heure est à l’autonomie et à la réduction des risques de pénurie », explique pour sa part la mairesse Cathy Poirier, qui rappelle que le projet englobe les trois piliers sur lesquelles repose la planification stratégique de Percé, soit le leadership, l’autonomie et l’éco-conscientisation. « Cette école poursuivra des objectifs tout aussi bénéfiques pour notre communauté, à savoir soutenir nos agriculteurs locaux et leur permettre de consolider leur place dans le marché, offrir un produit d’éducation à destination des jeunes et des familles, dynamiser le territoire et faire rayonner la Ville à travers la province et le Canada. »

Les contributeurs auront droit à différentes récompenses selon la hauteur de leur don, comme des de rabais sur les premiers produits qui seront offerts ou encore des produits cadeaux.

Commentaires

11 juillet 2021

André de Québec

Je découvre le concept. Pourquoi ne pas organiser la planification de visites, d’autant plus que des milliers de touristes ont déjà commencé à passer dans votre coin de pays ? Qui plus est, et osant croire que cela serait possible (légal), charger un frais d’admission ou, à défaut, inciter (suggérer) le versement d’une contribution volontaire comme appui tangible. Bravo pour votre initiative structurante.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média