Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

27 mai 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

La députée de Gaspé à la défense des camps de vacances

GASPÉ

Méganne

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Méganne Perry Mélançon demande au gouvernement de s’engager à soutenir adéquatement les camps de jour et de vacances pour assurer la reprise complète de leurs activités, en leur débloquant les 10 millions de dollars réclamés par l’Association des camps du Québec (ACQ).

Cette dernière demande 6 M$ pour les camps de vacances, ce qui permettrait selon l’ACQ d’en ouvrir cet été 75% dans l’ensemble de la province. L’autre 4 M$ serait pour les camps de jours. Une rencontre était d’ailleurs au programme avec la ministre déléguée à l’Éducation ce jeudi.

Localement, le Camp chanson Québecor de Petite-Vallée a récemment fait savoir que la reprise de ses activités se ferait graduellement cette année, mais sans grands groupes d’enfants et d’adolescents comme par le passé. À Chandler, hier, la Base de plein air de Bellefeuille a officiellement tiré un trait sur ses colonies de vacances, et ce pour une deuxième année consécutive. Les camps de jour pourront tout de même être dispensés du 28 juin au 13 août.

Dans les circonstances, la députée de Gaspé déplore que le feu vert du gouvernement pour la réouverture des camps soit venu tardivement, pratiquement à la dernière minute selon elle. « Plusieurs d’entre eux, même s’ils disent être prêts à rouvrir, fonctionneront à perte, vu le nombre réduit de places disponibles en raison des mesures sanitaires, sans compter que le recrutement du personnel s’annonce particulièrement ardu. Et il faut bien sûr assurer la survie des camps qui décideront de rester fermés, ou qui ne pourront malheureusement pas opérer du tout cet été. Dans tous les cas, une aide financière est nécessaire. »

Après plus d’un an de pandémie, d’enseignement à distance et de contacts limités, la santé des jeunes a été mise à mal et ils ont plus que jamais besoin de bouger, de vivre les expériences uniques et stimulantes que leur offrent les camps de vacances, estime Méganne Perry Mélançon. « On déplore que les jeunes passent trop de temps devant les écrans. Que la pandémie a accentué les troubles de santé mentale. Que l’isolement est devenu un problème. Les camps font assurément partie de la solution! Les jeunes réclament de l’action et leurs parents, un retour à la normale pour leurs enfants, pour qu’ils puissent de nouveau socialiser et s’épanouir. Certains camps, par exemple, permettent aux jeunes de nourrir leur passion pour le sport ou la musique, comme le Camp chanson de Petite-Vallée; s’il devait cesser définitivement ses activités, après 20 ans d’opération, ce serait une énorme perte », conclut la porte-parole en matière de tourisme, de sports, de loisirs et pour la jeunesse.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média