Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

26 mai 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Rivière-au-Renard : le projet de Capitale des pêches peut aller de l’avant

GASPÉ

Fox

©Photo Gracieuseté

Les plans et devis sont à toute fin pratique terminés, les autorisations environnementales ont été obtenues et la première pelletée de terre devrait se faire cet automne, pour une livraison en 2022.

Ottawa a annoncé ce midi une aide financière non remboursable de 2,7 millions pour la réalisation du projet de Capitale des pêches maritimes du Québec, à Rivière-au-Renard.

Attendu depuis plus de 10 ans, le dossier pourra finalement se concrétiser. L’apport du fédéral a été en quelque sorte « la clé de voûte » pour le faire débloquer, indique le maire Daniel Côté. Le provincial avait déjà confirmé plus tôt un montant de 2,3 millions de dollars alors que le municipal y injectera 1,6 million. Le coût total est évalué à environ 6,8 millions.

Rappelons que le projet Capitale des pêches maritimes du Québec consiste à revamper le secteur de la rue du Banc, du quai d’Amours jusqu’aux limites du parc industriel des pêches. Recharge de plage pour protéger le littoral, promenade en bord de mer, tour d’observation pour mieux voir le large, jeux d’eau et nouveau mobilier urbain sont notamment au menu et seront au centre de la Place de la Révolte, faisant référence aux événements marquants de 1909. La Ville a d’ailleurs signé une promesse d’achat de 195 000$ pour acquérir le bâtiment situé au 51-51B et en faire un centre multimédia, en collaboration avec la Nation micmac de Gespeg. Car le but avoué est d’ériger un musée et un centre d’interprétation, mais des pêches modernes. « C’est le focus qu’on veut donner. L’aspect historique est parfois davantage connu, mais pas les nouvelles technologies et comment ça fonctionne aujourd’hui », ajoute Daniel Côté.

Les plans et devis sont à toute fin pratique terminés, les autorisations environnementales ont été obtenues et la première pelletée de terre devrait se faire cet automne, pour une livraison en 2022.

Publicité

Défiler pour continuer

« Ça va donner du lustre au cœur du village, aider à dynamiser le milieu, et devenir un élément majeur de rétention touristique. On veut donner un nouvel élan dans le secteur de Rivière-au-Renard en respectant leurs richesses culturelles et identitaires », renchérit le maire, qui n’a pas manqué de saluer au passage le travail des bénévoles dans ce dossier; notamment la Corporation de développement de Rivière-au-Renard qui y œuvre depuis les inondations de 2007 et 2010.

Le centre-ville de Rivière-au-Renard pourrait voir sa situation touristique grandement améliorée. Le village dénombre actuellement 3 000 visiteurs qui s'arrêtent annuellement alors que les projections font état d’une rétention de touristes de 50 000 lorsque le musée sera ouvert. Une dizaine d’emplois seront créés. L’annonce a été faite ce midi en compagnie des ministres Diane Lebouthillier et Mélanie Joly (Développement économique). Personne n’a voulu se mouiller quant à une éventuelle phase II des travaux, tous préférant conclure la première avant de s’engager plus avant.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média