Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

25 mai 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Quatre usines de transformation se partagent 600 000$

GASPÉSIE

Bateau Pêche

©Photo tirée de Facebook

Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan (Sainte-Thérèse-de-Gaspé) a notamment eu droit à 218 000$ pour des travaux majeurs.

Les usines de transformation Poissonnerie de Cloridorme, Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan, Poisson salé gaspésien et Unipêche M.D.M. ont profité d’un peu plus de 600 000$ de Développement économique Canada (DEC) pour traverser la pandémie et se préparer à la reprise des activités.

L’entreprise familiale Poissonnerie de Cloridorme – fondée en 1979 et spécialisée dans le poisson de fond jusqu’en 2012 – a pu compter sur une contribution remboursable de 277 000$. L’argent a servi d’une part à acheter des équipements pour la protection des travailleurs, mais surtout pour diversifier son marché de niche déployé depuis 2012 qu’est le concombre de mer, qui jusqu’avant la pandémie s’écoulait principalement en Chine. « Ça nous a permis de s’adapter aux normes de sécurité alimentaire des chaînes canadiennes et américaines », résume le directeur général adjoint, Patrick Denis.

Pour sa part, Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan (Sainte-Thérèse-de-Gaspé) a eu droit à 218 000$ non remboursable pour des travaux majeurs, dont le réaménagement de la ligne de production pour respecter la distanciation physique, la construction d’un nouveau local de travail et l'installation d'un système de ventilation-climatisation. L’usine de transformation fondée en 1968 se concentre essentiellement dans le homard, qu’il exporte un peu partout en Amérique du Nord, en Europe et sur les marchés asiatiques.

De son côté, Poisson Salé Gaspésien (Grande-Rivière) bénéficie d’une contribution non remboursable de 100 000 $. L’aide a permis la mise en place de mesures sanitaires et de même que l'acquisition et l'installation d'un système de ventilation.

Enfin, Unipêche M.D.M., qui œuvre dans le crabe des neiges et qui emploie 250 personnes à Paspébiac uniquement, a touché 11 000$ pour la mise en place de mesures sanitaires. « Ce programme a été bénéfique pour nous et je tiens à remercier la collaboration de tous les intervenants de DEC et de Mme Lebouthillier », s’est réjoui le directeur général Gino Lebrasseur.

Tous les fonds proviennent du Fonds canadien pour la stabilisation des produits de la mer.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média