Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

10 mai 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

De la relève pour le Café Champêtre, qui devient la Buvette Thérèse

PERCÉ

Buvette Bastien

©Photo Gracieuseté Billy Bastien

Danny Gasse, Shandy Beaudin, Billy Bastien et Samuel Parisé.

Quatre jeunes entrepreneurs dynamiques avec des idées plein la tête, tous gaspésiens de souche, reprennent le flambeau du Café Champêtre en plein cœur de Percé, qui a appartenu pendant plus de 20 ans à Mona Cahill et sa famille.

Billy Bastien, Samuel Parisé, Shaddy Beaudin et Danny Gasse – tous passionnés de restauration et ayant déjà de l’expérience dans le domaine – ont décidé d’unir leurs forces pour créer la Buvette Thérèse. Ces derniers sont dans un sprint-marathon de 5 semaines (c’est loin, mais ça va vite) afin d’ouvrir officiellement leurs portes vers la mi-juin.

Pour l’instant, le quatuor n’a pas l’intention de réinventer la roue et d’arracher les murs. Il faut apprendre à marcher avant de courir. Le groupe a surtout l’intention d’insuffler sa personnalité et sa philosophie.

La genèse

 

La Buvette Thérèse, c’est un peu le bébé et le projet de vie de Billy Bastien. Le jeune homme de 24 ans, originaire de Chandler et habitant maintenant à Percé, a travaillé pendant 9 ans au Café Champêtre. Après des études en gestion du tourisme et de l’hôtellerie à Montréal, ce dernier devait se rendre à Barcelone pour un séjour exploratoire visant à découvrir la gastronomie catalane. Pandémie oblige, il a cependant été obligé de revenir au bercail, de troquer la Rambla pour la 132. Mais il ne s’en trouve pas plus mal pour autant. Les voyages des uns sont le quotidien des autres. Percé et Barcelone en sont deux bons exemples.

« J’avais cette idée en tête de me lancer dans la restauration à mon retour. Ça s’est juste précipité avec la pandémie avec les plans qui changent. Les patrons ont réalisé le sérieux de mon projet, alors on a entrepris les démarches et l’opportunité m’est tombé dans les mains. Ça s’est fait quand même rapidement en 1 an et je leur lève d’ailleurs mon chapeau pour toutes ces années de travail. Mais sinon ça roule et c’est du gros volume, alors je me suis dit que je devais bien m’entourer. »

Fantastic Four

 

Billy Bastien est donc allé chercher quelques-uns de ses amis, dont Samuel Parisé, 23 ans, travailleur social au CISSS de la Gaspésie. Les deux se sont rencontrés au Tétû à Gaspé, alors que Billy Bastien y était en stage et qu’il était en charge des entrevues, où il a vu Samuel pour la première fois. Ce dernier a aussi travaillé au Café Champêtre.

Tout comme Shaddy Beaudin, 27 ans, cousine de Billy qui travaille comme ergothérapeute à l’hôpital de Chandler. Et il y Danny Gasse, 31 ans, originaire de Marsoui et habitant Percé depuis quelques années, qui s’est réorienté en cuisine après un passage en santé.

Au-delà de l’amitié qui les unit, il y a aussi l’amour de la bonne bouffe. Sans trop dévoiler de scoops, on peut d’ores et déjà dire que le menu sera axé sur la cuisine boréale. « Tout en conservant le côté gaspésien avec ses traditions, spécifie le nouvel entrepreneur. Le tout interprété avec des touches d’ailleurs. Des façons de travailler asiatiques par exemple. Ça va être un mélange de culture, mais en restant près de la ressource de la montagne et de la mer. Il y aura par exemple des fleurs comestibles de l’arrière-pays dans les drinks, avec les classiques gaspésiens comme le homard et le crabe dans les assiettes. On aura presque la totalité de produits de la Route des bières de l’Est du Québec, des vins d’importation privé du Québec. Oui une buvette, mais c’est un switch qui va s’effectuer graduellement, lentement mais sûrement. On ne veut pas devenir un bar, on reste un restaurant. »

Thérèse Beaudin

 

Buvette Thérèse, c’est Thérèse Beaudin. Les plus vieux se rappelleront qu’elle était derrière le Curb Chimo de Grande-Rivière. Décédée en 2017, elle en aura marqué plusieurs, dont son petit-fils et sa petite-fille. « Elle a élevé seule ses 6 enfants. Elle nous a toujours rappelé nos meilleures valeurs, elle était rassembleuse et une personne qui savait faire plaisir, tout en douceur. Douceur, c’est toujours le mot qui nous vient à l’esprit quand on pense à elle. C’est une façon de lui rendre hommage; elle sera dans notre esprit d’hospitalité et d’accueil. C’est à cause d’elle que j’en suis là où j’en suis », explique Billy Bastien.

Buvette Thérèse compte sur une vingtaine d’employés et espère ouvrir ses portes le 10 ou le 11 juin.

Thérèse Beaudin

©Photo Billy Bastien

Commentaires

15 mai 2021

Alain Roy ,cpa ca

Bonne chance à vous quatre , il est plaisant de voir de la jeune releve se partir en affaires en Gaspésie

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média