Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

25 mars 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Les MRC réclament davantage de services de garde

GASPÉSIE

Garderie entente grève

Selon le calcul du Regroupement des MRC de la Gaspésie, pas moins de 600 places sont présentement nécessaires dans la région.

Devant le problème général vécu un peu partout dans la région, toutes les MRC se regroupent pour parler d’une voix commune et demander au gouvernement du Québec un meilleur accès aux services de garde, jugeant la situation préoccupante et même au cœur des préoccupations actuelles.

Selon le calcul du Regroupement des MRC de la Gaspésie, pas moins de 600 places sont présentement nécessaires. Leur évaluation se base notamment sur le nombre de places disponibles, le nombre d’enfants de 0 à 5 ans sur le territoire et sur le taux de couverture considéré comme adéquat pour répondre à la demande. En incluant les classes de maternelle 4 ans, le taux de couverture actuel serait de 65,2 % pour la Gaspésie. Même en considérant l’ajout de classes de maternelle 4 ans à l’automne et la concrétisation de certains projets de services de garde en installation, les besoins ne seraient toujours pas comblés. « Pour répondre aux besoins criants dans la région, le défi est de rendre disponibles des places en services de garde à court terme, et ce, malgré les freins de la loi actuelle, tout en s’assurant de continuer à avoir des services de garde de qualité et le personnel qualifié requis », explique Nadia Minassian, préfète dans Rocher-Percé et présidente du Regroupement.

On rappelle du même coup que certains parents ne peuvent retourner sur le marché du travail ou même se lancer en affaires par manque de place en services de garde, augmentant derechef les inégalités sociales du territoire.

Octroyées, mais non disponibles

 

Présentement, un peu plus de 275 places en milieu familial sont disponibles dans la région. Ces places ne sont cependant pas offertes aux parents en raison de la pénurie de responsables de services de garde et la rigidité réglementaire provenant du ministère de la Famille, dixit le Regroupement des MRC de la Gaspésie. Cette avenue aurait l’avantage de se mettre en place beaucoup plus rapidement qu’une nouvelle installation et permettrait aux parents résidant dans les plus petites localités d’avoir accès à un service de garde de proximité et de qualité.

Par conséquent, on demande ainsi de pouvoir bénéficier d’une plus grande souplesse dans la mise en disponibilité de nouvelles places. Il est également attendu que des modifications soient apportées afin de faciliter le déploiement des places en milieu familial déjà octroyées mais non utilisées, pour donner l’accès à court terme à des enfants qui sont présentement sur la liste d’attente. Les élus de la région espèrent que la refonte de la loi, prévue pour l’automne 2021 par le ministère de la Famille, offrira cette flexibilité pour permettre aux plus petites comme aux plus grandes municipalités de la Gaspésie de mettre en place rapidement des projets innovants, tout en s’assurant d’offrir des services de garde de qualité.

En attendant, diverses initiatives voient le jour autant à l’échelle locale que supralocale, avec notamment la mise en place d’incitatifs financiers pour soutenir le démarrage de nouveaux services de garde en milieu familial ou encore des initiatives ayant comme objectif de recruter de nouvelles éducatrices et de nouveaux éducateurs. « Le défi à relever est grand, mais avec la mobilisation et l’implication des nombreux partenaires, il sera possible de continuer à développer de nouvelles places en services de garde pour les tout-petits de la Gaspésie et, ainsi, de répondre aux besoins des familles de la région », », conclut Nadia Minassian.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média