Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

16 mars 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Florilège de sujets traités lors du dernier conseil municipal

PERCÉ

Percé

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Voici en rafale quelques sujets traités lors du plus récent conseil municipal de Percé.

7$ pour le parc de la rivière aux Émeraudes

 

Le projet de parc municipal suit son cours à la rivière aux Émeraudes. Un concours architectural sera lancé au début de l’été pour sa conception. Le parc devrait être prêt à la saison estivale suivante. Dans l’intervalle, la Ville a fait savoir qu’il en coûtera 7$ pour accéder au site. L’entrée sera cependant gratuite pour les moins de 12 ans et ceux qui auront leur carte de citoyen de Percé. Les sommes amassées serviront notamment à défrayer les coûts inhérents à l’embauche de gardiens de sécurité. Tout l’argent sera réinvesti dans le parc municipal.

 

Interdiction étendue pour la conversion de résidences en hébergement touristique

 

Deux ans après avoir interdit l’achat de résidences dans le seul et unique but de les convertir en hébergement touristique, de l’Anse-à-Beaufils à Cannes-de-Roches, Percé étendra sa règlementation à l’ensemble de son territoire. Un avis de motion a été adopté en ce sens lors du dernier conseil municipal, ce qui gèle pour le moment toute initiative du genre. Ceux qui ont déjà un permis en règle de la Corporation de l’industrie touristique du Québec conservent leur droit acquis. La mairesse explique que ce phénomène s’étend souvent comme une traînée de poudre dans plusieurs villes touristiques, ayant pour effet de rendre difficile l’accès à la propriété pour ceux qui désirent en faire leur milieu de vie à long terme. « Il y a des nouveaux arrivants, des gens qui viennent combler des postes qui doivent refuser des emplois parce qu’ils n’ont pas de lieu pour habiter. C’est un dossier qui nous préoccupe beaucoup et on a cru bon de mettre un stop sur ce phénomène et de l’étendre à l’ensemble de la municipalité », explique la mairesse Cathy Poirier.

Cette dernière ajoute que la spéculation et la hausse inhérente des prix des maisons n’en valent pas la chandelle dans une optique d’occupation du territoire sur quatre saisons. « Le phénomène des maisons touristiques, oui ça apporte certaines nuitées dans notre offre touristique, mais ça ne fait pas de différence sur la somme de la clientèle reçue. Nous sommes à 500 000 visiteurs et ce n’est pas 1, 2 ou 3 maisons supplémentaires avec offre d’hébergement qui vont faire une grande différence sur les retombées économiques. Partout sur la planète, il y a de la spéculation pour l’acquisition de maisons de tourisme louées à la semaine pendant l’été. Ce n’est pas fondamentalement mauvais, mais ça fait en sorte par contre que ça empêche leur acquisition par les familles et les nouveaux arrivants. Les prix augmentent et ce n’est pas dans l’intérêt d’une ville comme Percé, qui cherche à attirer des résidents actifs. Je prends le temps de l’expliquer parce que je sais que des gens ont l’intention de le faire et que ça peut choquer, mais c’est important d’avoir une ville avec des lumières allumées dans les maisons en hiver. »

Sondage pour la nouvelle rue commerciale

 

La capitale touristique de la Gaspésie veut connaître l’opinion et de ses citoyens et de ses visiteurs en lançant un sondage sur le projet de nouvelle rue commerciale du Piémont. Rappelons qu’au printemps, la Ville de Percé lancera un concours sous forme d’appel à projets auprès d’investisseurs dans le but de financer, par la vente de terrains municipaux, la création d’une rue commerciale qui sera en fait la première rue éco-consciente du Québec. Dans son questionnaire, disponible notamment sur la page Facebook de la Ville de Percé, cette dernière demande quels types de produits, quels types de services et quels seraient les indispensables à s’implanter au Piémont.

Plan B pour le remplissage des piscines

 

Les camions de pompiers ne seront plus utilisés pour le remplissage des piscines, suite à une recommandation issue du chef en sécurité incendie voulant que les véhicules soient disponibles 100% du temps pour leur fonction première. Les utilisateurs qui avaient l’habitude d’utiliser ce service devront se tourner vers une entreprise privée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média