Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

16 mars 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

De la bière en canette pour Pit Caribou

L'ANSE-À-BEAUFILS

Pit Caribou

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Pit Caribou se retrouve déjà dans plus de 1 300 points de vente au Québec.

Le brasseur gaspésien fait un pas de plus dans ses visées internationales avec l’arrivée prochaine de bières en canette.

Ottawa a annoncé hier une contribution financière de 260 000$ pour augmenter l'encannetage chez Pit Caribou, à l’heure où les produits dans les contenants en aluminium sont en forte croissance. L’aide servira notamment à faire l'acquisition d’une ligne automatisée et d’un compresseur à CO2. Dans son ensemble, le projet est évalué à 1,35 million de dollars. « Dans notre domaine d'activité, il faut savoir innover et s'adapter à de nouvelles réalités, explique le copropriétaire Jean-François Nellis. L'augmentation de notre taux d'emballage en canettes facilitera la distribution du produit et permettra ainsi de développer de nouveaux marchés dans le reste du Canada et même à l'international. Nous espérons sous peu voir nos produits s'envoler pour l'Europe et même l'Asie. »
Pit Caribou se retrouve déjà dans plus de 1 300 points de vente au Québec. Tel que rapporté cet hiver, l’entreprise lorgne notamment vers la Chine, l’Europe et les États-Unis pour ses exportations. On compte cette année augmenter la production de près de 20% pour atteindre le million de litres de bières. À long terme, de 40 à 50% des produits pourrait être envoyés vers l’exportation. « Notre objectif c’est vraiment de nous placer comme un produit de niche à l’extérieur du pays pour aller chercher une bonne marge [de profits] et avec cet argent être plus compétitif sur le terrain ici », expliquait Jean-François Nellis en décembre.

Pit Caribou à l’assaut de la Chine et des États-Unis

[En rappel - article paru dans l'édition papier du Gaspésie Nouvelles le 2 décembre 2020]

 

Les nouveaux propriétaires de Pit Caribou ont des visées internationales. Jean-François Nellis et Vincent Coderre, qui ont fait l’acquisition de la microbrasserie l’an dernier, se préparent à prendre d’assaut les marchés de la Chine et des États-Unis, après une première percée en France.

Qui dit bière dit souvent Irlande, pub anglais ou Oktoberfest allemand. Rarement la Chine vient en tête de lice. C’est pourtant de ce côté que lorgne Pit Caribou pour une raison bien simple : l’importation de bière artisanale haut de gamme est en augmentation de 40% annuellement dans l’empire du Milieu.

Il faut dire ici que la pandémie a accéléré bien des projets qui trottaient dans la tête des deux entrepreneurs lorsqu’ils ont fait l’achat de Pit Caribou. Avec un peu plus de temps, ils ont eu la latitude de faire progresser cette idée d’exportation. Ils ont mis à profit les derniers mois pour se créer un réseau de contact avec une firme marketing en Chine, qui a développé là-bas leur image de marque. L’entreprise possède donc maintenant un site web en mandarin et est présente sur les réseaux sociaux populaires, tels que WeChat et Weibo. Avec les obstacles que l’on peut imaginer. « Notre premier défi c’était de se faire connaître auprès d’importateurs et de distributeurs reconnus de renommée. D’ici les prochaines semaines on devrait signer une entente pour aller de l’avant. On y va vraiment dans le haut de gamme alors on vise l’hôtellerie et les restaurants plus nichés », explique Jean-François. Selon lui, les premières caisses devraient être vendues d’ici la fin de l’année 2021, le temps de bien développer le réseau.

Chez l’oncle Sam

 

La pandémie n’aura finalement pas trop affecté Pit Caribou. Après le ralentissement initial printanier en raison de la fermeture des restaurants et des pubs, une réorganisation aura permis de produire un volume de bière d’environ 850 000 litres, soit un tantinet plus que l’an dernier. Une partie de la production orientée vers la restauration a été embouteillée, ce qui a permis d’ouvrir plusieurs nouveaux comptes clients qui étaient en attente. Une mise en marché un peu plus agressive a aussi permis d’écouler davantage de stocks en épicerie. « Des 2 bouteilles pour 8$ on ne faisait pas ça dans le passé, et ç’a sorti comme des p’tits pains chauds. Ç’a donné un bon coup de main pour nos volumes », analyse Jean-François Nellis. Les entrepreneurs ont aussi profité de l’occasion pour tester le marché européen avec l’envoi d’un premier 2 000 litres en France au mois de septembre. « On a une entente signée en Europe avec un importateur québécois. La bière sort bien. On a déjà une autre commande de prévue pour avril », ajoute le copropriétaire. Cette fois, ce sera 12 000 litres qui seront envoyés outre-Atlantique. En bout de ligne, l’idée est de percer les marchés étrangers pour réinvestir en Gaspésie et au Québec. « J’aimerais sur le long terme que de 40 à 50% de notre bière passe par l’exportation. Ça nous permettrait d’être beaucoup plus agressifs en Gaspésie contre les Molson et Labatt de ce monde. Notre objectif c’est vraiment de nous placer comme un produit de niche à l’extérieur du pays pour aller chercher une bonne marge [de profits] et avec cet argent être plus compétitifs sur le terrain ici. » Pour l’an prochain, on compte déjà augmenter la production de près de 20% pour atteindre le million de litres de bières.

Vincent Coderre Jean-François Nellis

©Photo Gracieuseté Pit Caribou

Vincent Coderre et Jean-François Nellis, copropriétaires chez Pit Caribou.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média