Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

24 février 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Un demi-million pour la culture d’huîtres au Sénégal

CÉGEP DE LA GASPÉSIE ET DES ÎLES

Huîtres

©Photo Cégep de la Gaspésie et des Îles

Le projet vise à appuyer des communautés des zones côtières du Delta de Saloum dans le développement d’une filière ostréicole durable afin qu’elles puissent améliorer leur résilience face aux changements climatiques.

Grâce à un financement de 500 000 $ octroyé par le gouvernement du Québec, le Cégep de la Gaspésie et des Îles mènera un projet de coopération climatique internationale au Sénégal.

Le projet, qui vise à soutenir des communautés des zones côtières du Delta du Saloum dans le développement d’une filière ostréicole durable, est fait en collaboration avec l’Institut Universitaire de Pêche et d’Aquaculture, affilié à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal.

Ce financement permet au Cégep de mettre à profit l’expertise développée en outre par l’École des pêches et de l’aquaculture du Québec, à Grande-Rivière. « Les professeurs-chercheurs pourront apporter leur soutien et transférer leur compétence à leurs homologues sénégalais », souligne Yolaine Arseneau, directrice générale du Cégep.

De manière concrète, le projet Ostréiculture rurale et adaptation mènera des expériences de captage et d’élevage des huîtres de mangrove. Ces activités, qui font partie d’une filière économique importante et principalement portée par des groupes de femmes, constituent une réponse concrète aux changements climatiques pour les communautés sénégalaises touchées.

« Les huîtres de mangroves participent à l’alimentation et aux revenus des familles du delta du Sine-Saloum. Malheureusement, les changements climatiques, jumelés aux activités humaines, ont contribué à la dégradation des mangroves et à la raréfaction des huîtres, explique Nicolas Simeray, coordonnateur du développement international et du bureau de Dakar. Pour pallier ce phénomène, l’ostréiculture, telle que pratiquée dans de nombreux pays, en captant les jeunes huîtres et en les conduisant à maturité en suivant une combinaison d'opérations d'élevage soigneusement contrôlées, est vue comme une solution durable adaptée au contexte local. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média