Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

10 février 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Bientôt des minimaisons à proximité du centre-ville?

CHANDLER

Minimaison

©Photo tirée de Facebook

À Chandler, on prévoit des minimaisons qui se vendraient entre 120 000$ et 150 000$.

À Sherbrooke, l’arrondissement de Fleurimont accueillera bientôt 73 minimaisons. À la mi-janvier, une quarantaine avaient déjà trouvé preneur. Sur l’Île d’Orléans, l’entreprise Minimaliste se spécialise dans le domaine.

Un certain engouement est palpable pour ces résidences qui généralement font moins de 500 pieds carrés. Le coût de construction (habituellement entre 60 000$ et 160 000$) est évidemment moins élevé qu’une résidence « traditionnelle » et on peut les brancher à tous les services. Plus simples à revendre également si l’envie nous prend de quitter vers d’autres cieux.

À Chandler, on veut tenter l’expérience en créant un quartier attitré à ces minimaisons, quelque part à proximité du centre-ville, près des services. Le choix n’est pas encore arrêté, mais on espère construire environ 50 de ces habitations. Leur implantation requiert un zonage et une règlementation urbanistiques particulières. Un budget de 90 000$ sur trois ans a été réservé dans le dernier budget municipal pour développer ce dossier et identifier tous les tenants et aboutissants. « On voit que c’est la mode dans d’autres municipalités du Québec, et que beaucoup de personnes veulent vivre de façon économique et écologique. Souvent des jeunes couples avant d’avoir des enfants, avant de louer un appartement à 700-800$, ils préfèrent être propriétaires d’une petite maison et être chez eux », explique le maire suppléant Bruno-Pierre Godbout. À Chandler, on prévoit des minimaisons qui se vendront entre 120 000$ et 150 000$. Un plan stratégique de développement résidentiel en bonne et due forme sera mis sur pied.

Le pouls des citoyens a déjà été sondé suite à une publication sur les réseaux sociaux et la réponse semble plutôt bonne jusqu’ici. Des promoteurs ont même fait part de leur intention de se pencher sur la question et de potentiellement investir plusieurs millions de dollars. La Ville serait ainsi un partenaire avec un promoteur privé. Dans le meilleur des mondes, la construction pourrait démarrer d’ici deux ans.

« Il y a un gros manque de terrains à vendre, de logements à louer. C’est une problématique qu’on veut enrayer au cours des prochaines années, d’où l’importance du plan stratégique. C’est global. Il faut aussi cibler des secteurs pour des maisons unifamiliales normales, des terrains pour la construction de blocs appartements et de logements », ajoute Bruno-Pierre Godbout. À preuve du contraire, Chandler pourrait devenir la première ville de la Gaspésie à déployer un quartier de minimaisons. « Les élus ont la volonté d’aller de l’avant pour le développement résidentiel et apporter des nouveaux revenus dans les coffres de la municipalité », conclut le pro-maire.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média