Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

05 février 2021

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Un premier ouvrage de fiction pour Joyce Baker

GRANDE-RIVIÈRE

Joyce Baker

©Photo Gracieuseté

Joyce Baker.

En 2019, un collectif d’auteurs sous la direction de Fanie Demeule et Joyce Baker lançait Stalkeuses, regroupant 16 nouvelles distinctes.

Un premier pas de l’autre côté du miroir pour la Gaspésienne, qui jusque-là s’était plutôt concentrée à analyser les œuvres littéraires. Détentrice d’un baccalauréat de l’Université de Montréal en Études françaises – spécialisation XIXe siècle – et d’une maîtrise de l’Université Concordia en Littératures francophones et résonances médiatiques – mémoire portant sur l'évolution du rapport à la sexualité dans les chansons d'Indochine – Joyce Baker connaît les Belles-lettres sous plusieurs de ses coutures. La Grande-Riviéroise a aussi fondé en 2015 le Groupe de recherche Femmes Ingouvernables, qui s’intéresse aux formes et à l’expression d’irrévérence au féminin en culture populaire. Le tout en compagnie de son acolyte Fanie Demeule. C’est d’ailleurs elle, suite à la publication de Stalkeuses, qui lui a suggéré de transposer sa passion littéraire en œuvre totalement de son cru. « À ce moment, j’ai comme décidé que j’allais écrire dans la vie. C’est quelque chose que j’ai toujours voulu faire, mais je ne pensais pas avoir le talent pour. Je me suis lancée, résume l’autrice. Je suis partie de l’idée de ce que j’avais à dire et écrire. La question qui m’accrochait le plus, c’est pourquoi j’avais maintenant décidé de le faire. Dans ma réflexion et mon introspection, je suis revenue à mon enfance, mes souvenirs et les sentiments associés. »

C’est donc ainsi que le processus démarre. Après un an d’écriture intensive, de 6 à 8 mois de corrections et une autre année d’attente (pandémique) et de fignolage, naîtra son premier ouvrage de fiction, baptisé Glauque. Le recueil contient cette fois 13 nouvelles fantastiques et d’horreur, dont deux très connues en Gaspésie : La table à Roland et Marie, la Blanche du Rocher. « Ce sont des récits pas toujours bien racontés et je trouvais que ces histoires méritaient d’être plus substantielles. J’ai fait des recherches pour trouver le plus de versions de chacun des récits. J’ai extrait la structure narrative et j’ai écrit une histoire à partir de ça. C’est quand même très jazzé, mais le fond de l’histoire et l’enjeu restent les mêmes », explique-t-elle.

Une autre nouvelle intitulée « Au camp » se déroule au bien connu Camp Bellefeuille de Chandler. « Tout le monde a fréquenté l’endroit et ce sont des trucs que les gens vont vraiment se reconnaître. J’ai des amis que ne lisent pas et qui ont hâte de s’y plonger parce qu’ils connaissent les ambiances d’enfance reliées à cet endroit. » D’ailleurs, au final, le lecteur remarquera que chaque histoire se relance et toutes se parlent entre elles; microcosme littéraire interconnecté.

Ah et pourquoi Glauque? « Les gens associent le mot avec ce qui est épeurant, mais c’est aussi un vert tirant sur le bleu; le vert des rivières. C’est également la couleur de mes yeux. » Glauque est disponible en librairie dès maintenant.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média