Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

24 novembre 2020

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Un Ironman pour sa conjointe atteinte de sclérose en plaques

JEANNOT CORMIER

Jeannot Cormier

©Photo Gracieuseté

L’objectif initial de 1 500$ a été largement dépassé pour atteindre près de 8 000$.

Originaire de Gaspé, Jeannot Cormier a récemment complété un Ironman improvisé : 3,8 km de nage, 180,6 km de vélo et 42,2 km de course à pied en solo près de chez lui.

Au-delà du dépassement de soi et du défi sportif, l'objectif n’était pas tant physique que philanthropique, pour amasser des fonds pour la recherche sur la sclérose en plaques. Retour en arrière.

Le choc

 

En juin 2016, sa conjointe Véronique Dallaire a mal à l’œil et la douleur persiste. Rien pour écrire à sa mère, mais assez pour se rendre chez un optométriste, qui la dirige vers un ophtalmologiste. De fil en aiguille, d’examens en IRM, le diagnostic finit par tomber : sclérose en plaques. « Ç’a été un gros choc de l’apprendre. On ne savait pas exactement ce que c’était et on s’imaginait le pire scénario avec la chaise roulante et tout. La neurologue nous a rassuré en nous disant que la recherche avait avancé et que plusieurs médicaments permettaient de ralentir la maladie. Ça demeure qu’il y a beaucoup d’incertitudes qui planent », explique Jeannot Cormier, qui est aujourd’hui professeur en éducation physique à Québec.

Rappelons ici que la sclérose en plaques est considérée comme une maladie auto-immune qui s’attaque au système nerveux central (cerveau, moelle épinière et nerfs optiques). Selon la Société canadienne de sclérose en plaques, elle se manifeste de différentes façons. Parfois par des poussées imprévisibles durant lesquelles les symptômes apparaissent, de la fatigue extrême aux changements d’humeur, en passant par des troubles de l’équilibre, de locomotion ou encore des tremblements. D’autres finiront par ne plus avoir de rémission et verront leur degré d’incapacité augmenter lentement, mais de façon continue.

Pour Véronique Dallaire, ce sont des poussées imprévisibles. La famille se considère « chanceuse » dans les circonstances. Pour l’instant on ne parle pas de dommages permanents. Mais rien n’est joué.

La résilience

 

De son propre aveu, Jeannot Cormier nage à peu près comme une roche. Son premier triathlon, il l’a effectué à Gaspé en 1997, lorsqu’il était en secondaire I. Heureusement pour lui cette année-là, la natation était remplacée par une traversée de la baie en canot. Avec le temps et aimant relever des défis, il a cependant appris à mieux se mouvoir dans l’eau. En fait, une année complète a été investie pour maîtriser cet aspect déficient jusqu’ici. Très exactement 20 ans après son premier triathlon, il était de retour dans son patelin d’origine pour un demi longue distance, organisé par Triathlon Gaspé. La prochaine étape naturelle qui se dressait devant lui? Un Ironman, évidemment. En décembre 2019, il s’inscrit à l’épreuve de Cozumel, au Mexique. En mars, tout tombe à l’eau avec la pandémie. Rendez-vous manqué. Mais Jeannot Cormier est de ceux qui se font de la limonade quand la vie leur envoie des citrons. Le temps et l’énergie investis n’auront pas été vains. C’est alors qu’il joint l’utile à l’agréable en se donnant comme objectif de réaliser son défi, mais au Québec. Un peu moins exotique, mais peu importe. L’important, c’est que l’entraînement continuera et que sa course sera dédiée à la récolte de fonds pour la sclérose en plaques. L’objectif est de 1 500$. Le bruit court, la nouvelle se partage. Avec des 10$ et des 20$ essentiellement, il atteindra près de 8 000$ de dons (qui peuvent toujours se faire en cliquant sur ce lien). Fort de ce montant, il complétera son parcours en 12 heures et 40 minutes. « Je ne m’attendais vraiment pas à amasser autant. Le bouche à oreille a fait son effet et les gens ont été très généreux. Tout ça en aura vraiment valu la peine », conclut sagement Jeannot Cormier.

À noter en terminant que le Canada affiche l’un des plus hauts taux de sclérose en plaques du monde, comptant plus de 77 000 personnes atteintes de cette maladie selon les estimations. Il est toujours possible de faire des dons sur le site Web de la Selon la Société canadienne de sclérose en plaques.

Jeannot Cormier Véronique Dallaire

©Photo tirée de Facebook

Jeannot Cormier et sa conjointe Véronique Dallaire lors d’une expédition en Scandinavie.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média