Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

19 novembre 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Les futurs détenus iront à Percé en raison de l’éclosion à New Carlisle

Cellule prison Percé

©Photo Gaspésie Nouvelles - Archives

Voici une cellule du centre de détention de Percé.

PANDÉMIE. Si la situation semble vouloir se stabiliser au sein du personnel, la COVID-19 prend du galon au sein de la population carcérale de New Carlisle. Selon ce que rapportait le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN) jeudi matin, 36 des 56 détenus et prévenus du centre correctionnel seraient désormais atteints du virus. Les nouvelles personnes incarcérées devraient d’ailleurs être prochainement redirigées vers Percé.

L’éclosion annoncée vendredi dernier a gagné du terrain en moins d’une semaine, alors que huit des neuf secteurs de l’établissement sont désormais touchés. Si d’autres tests de dépistage seront sous peu réalisés afin d’éviter que le virus continue de se propager entre les murs de la prison provinciale, force est d’admettre que celui-ci semble difficile à freiner.

« On parle d’environ 60 % des personnes incarcérées qui sont infectées. Les infrastructures de New Carlisle font en sorte que si la COVID-19 rentre dans un secteur, les chances que le secteur entier soit touché sont assez exponentielles considérant les dortoirs, les portes à barreaux et la difficulté d’isoler les personnes incarcérées qui sont positives », résume Mathieu Lavoie, président national du SAPSCQ-CSN.

Si M. Lavoie ne pouvait confirmer, au moment d’écrire ces lignes, si cette directive était déjà appliquée, le syndicaliste confirme néanmoins qu’il a été demandé, pour éviter que la contamination ne s’éternise à New Carlisle, que les nouvelles personnes incarcérées soient dirigées vers l’établissement de Percé le temps que la situation se résorbe.

« Le système judiciaire ne s’est pas arrêté. Il y a toujours des arrestations, des personnes à incarcérer, des prévenus en attente d’une sentence qui sont incarcérés parce qu’un juge considère qu’ils représentent un trop grand risque pour la société. On est un service essentiel, on ne peut pas fermer la prison de New Carlisle », explique le leader syndical.

Selon lui, le fait que l’établissement de Percé soit spécifiquement dévolu au traitement des délinquants sexuels n’empêche aucunement le fait qu’il soit en mesure d’accueillir des membres de « la clientèle régulière ». « C’est sûr que Percé a une limite, ce n’est pas un gros établissement, mais on a quand même des possibilités à cet égard-là », ajoute M. Lavoie.

Des volontaires demandés

Sept agents correctionnels œuvrant à la détention de New Carlisle ont jusqu’ici été contaminés, mais deux d’entre eux sont désormais considérés comme guéris. Onze autres agents ayant eu des contacts les mettant à risque d’avoir contracté la COVID-19 ont préventivement été renvoyés à la maison.

Selon le SAPSCQ-CSN, une note interne a été émise par le ministère de la Sécurité publique afin qu’une liste d’employés en provenance de Rimouski et de Percé, volontaires à être relocalisés pour un temps à New Carlisle, soit dressée. Mathieu Lavoie n’était pas en mesure d’avancer, au moment d’écrire ces lignes, si des membres du personnel en provenance de ces deux établissements avaient déjà levé la main à la suite de cet appel.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média