Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

13 novembre 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

La détention de New Carlisle aux prises avec une éclosion de COVID-19

New Carlisle

©Photo Chaleurs Nouvelles - Archives

PANDÉMIE. Une éclosion de COVID-19 est en cours au centre de détention de New Carlisle. Selon le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN), 14 personnes toujours détenues, une personne récemment libérée ainsi que trois agents correctionnels auraient été jusqu’ici testés positifs au virus. D’autres résultats sont par ailleurs attendus.

L’éclosion, que confirme le Centre intégré de santé et services sociaux (CISSS) de la Gaspésie sans toutefois en confirmer les détails, aurait débuté avec deux premiers agents correctionnels testés positifs plus tôt cette semaine. « Un dépistage massif a été fait (hier) parce qu’on a libéré une personne incarcérée et que le lendemain, on a appris qu’elle était positive. Cette personne-là avait des tâches à l’intérieur du centre de détention, elle travaillait à l’entretien ménager […]. Elle avait accès à certains endroits de l’établissement », explique Mathieu Lavoie, président national du SAPSCQ-CSN. Si cette information ne peut pour le moment être corroborée, tout porte à croire que ce détenu, qui ne présentait pas de symptômes apparents lorsqu’il a retrouvé sa liberté, aurait été contaminé à l’intérieur des murs de la détention.

Outre les trois employés infectés, cinq des quelques 50 agents correctionnels œuvrant sur place auraient eu des contacts les mettant à risque d’avoir contracté le virus; ils ont donc été renvoyés à la maison. Les détenus et prévenus testés positifs ont quant à eux été regroupés afin d’éviter qu’ils contaminent les autres.

Comme d’autres résultats sont encore attendus, il n’est pas impossible que les chiffres annoncés plus tôt aujourd’hui soient revus à la hausse à très court terme. M. Lavoie admet que la situation, déjà préoccupante, pourrait ainsi le devenir encore davantage.

« Au niveau des infrastructures, on ne pourra pas inventer des places. Il faudra voir, par exemple, si d’autres établissements pourront (prêter) main-forte. C’est le cas au niveau des effectifs également, c’est toujours un combat. On a un manque criant d’effectifs au Québec actuellement, New Carlisle ne fait pas exception à ça ». Précisons néanmoins qu’en raison de la pandémie, l’établissement n’était rempli qu’à la moitié de sa capacité, ce qui représente environ une cinquantaine de détenus.

Un établissement jugé vétuste

Alors que le syndicat décrie depuis plusieurs années que l’établissement gaspésien nécessite d’importants investissements, la présente éclosion le démontre clairement, selon Mathieu Lavoie. En effet, la vétusté des lieux favorise en quelque sorte, selon lui, une propagation du virus.

« À New Carlisle, il n’y a pas de ventilation, c’est inexistant. Même s’il en avait une, on ne peut pas vraiment faire de secteur clos parce qu’il n’y a pas de portes pleines à l’exception d’un ou deux endroits. Les secteurs sont ouverts et les portes sont à barreaux. On retrouve dix personnes incarcérées dans des dortoirs sans cloison. C’est une réalité : s’il y a un cas, ça se propage de façon exponentielle », déplore le président du syndicat. Ce dernier note par ailleurs qu’un secteur du bâtiment est toujours fermé à la suite de l’important grabuge qui a été effectué sur place par un détenu il y a un an et demi.

L’établissement de New Carlisle a été construit dans les années 1960. Avec celui de Baie-Comeau, il s’agit de l’un des derniers centres correctionnels québécois encore annexés à un palais de justice. Qui plus est, la prison qui accueille les prévenus et détenus de la péninsule est aussi l’une des rares à être juxtaposées à un poste de la Sûreté du Québec.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média