Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Tribune libre

Retour

27 juillet 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Non, nous ne sommes pas misérables

ÉDITORIAL

Ordures

©Photo Gracieuseté

Une scène croquée sur une plage de la péninsule gaspésienne.

PAR DOMINIQUE FORTIER

Depuis quelques jours, nous entendons des histoires surréalistes de touristes qui campent impunément sur des terrains privés, qui laissent leurs déchets et les restes de leur beuverie de la veille dans nos forêts et qui poussent même le manque de savoir-vivre jusqu'à aller déféquer dans le sable de nos plages.

Cette attitude n'a pas lieu d'être. C'est irrespectueux, malpropre, mal élevé sans compter que ça contrevient aux règlements de plusieurs municipalités. Or, si ces règlements ont été mis en place, c'est justement pour éviter que des touristes mal organisés et méprisants de l'environnement qui les entourent en fassent à leur guise et agissent comme si tout leur était dû.

Est-ce qu'on veut des touristes? Certainement. Est-ce qu'on a besoin de touristes pour vivre? En partie, oui. Est-ce que cette économie saisonnière basée sur le tourisme justifie qu'on doive accepter n'importe quel comportement digne de l'âge de pierre? Non et non. Nous ne sommes pas si misérables pour tolérer ce genre d'écart de conduite. Jusqu'à quel point devons-nous nous mettre à genoux pour accommoder des touristes qui ont décidé que leurs vacances ne seraient pas gâchées par leur propre manque d'organisation. Personnellement, quand je planifie une escapade à huit heures de route de chez moi, je m'assure d'avoir un endroit où rester avant de quitter mon chez-moi.

Aujourd'hui, je tentais de circuler dans une rue qui est déjà trop étroite pour avoir deux voies. Il y avait tellement de motorisés de stationnés dans la rue que je devais rouler dans la voie inverse. Lorsque j'ai rencontré un autre véhicule, j'ai dû reculer pour laisser la voiture passer. Il y a quelques jours, j'étais à la halte routière, là où des campeurs avaient décidé d'installer leur tente dans les petits belvédères communs. Je vous épargne ce que j'ai vu sur le quai et sur les plages. Vous en avez déjà une bonne idée.

Mais au-delà du comportement de certains visiteurs, celui de certains de mes concitoyens me chatouille un brin. Je sais qu'ils font ça pour le bien de la région mais il ne faut pas s'autoflageller non plus. On s'excuse de ne pas avoir été suffisamment préparé à l'affluence touristique sans précédent. On se met pratiquement à genoux devant ces touristes en les suppliant de revenir l'an prochain. Premièrement, tous les visiteurs ne sont pas des malotrus sortis du film « Lendemain de veille ». Ça, on le sait. C'est un cas de « Si le chapeau te fait, mets-le ». Or, il ne faut pas avoir peur de dénoncer ces comportements primitifs par crainte que les touristes nous boudent dans l'avenir. Nous devons être fiers de qui nous sommes, de ce que nous avons à offrir et nous ne devons surtout pas nous excuser pour des gens qui ne savent tout simplement pas vivre. Mentionnons au passage que nous sommes dans une crise sanitaire exceptionnelle qui réduit déjà la capacité d'accueil de la région.

J'entends des gens dire: « Oui, mais il n'y a pas assez de toilettes! » C'est drôle, mais quand je vais à Montréal et que je magasine sur la Sainte-Catherine, pratiquement aucun commerce ne nous laisse utiliser les toilettes sans avoir acheté quelque chose. Pourtant, il ne m'est jamais arrivé d'aller me soulager dans la ruelle à côté des Foufounes électriques. Pourquoi? Parce que ma mère m'a enseigné à me retenir dès mon jeune âge. Cette règle élémentaire de vie me suit encore aujourd'hui. Et si les poubelles sont pleines au moment de ton passage sur la plage, tu ramènes tes ordures jusqu'à la prochaine poubelle. N'importe quel amant de la nature qui s'aventure dans la nature sauvage vous le dira.

Ensuite, j'entends d'autres gens évoquer leur « libaaaarté » de pouvoir camper où ils veulent. Non, tu n'as pas le droit de camper n'importe où parce que tu pratiques du soi-disant « camping sauvage ». Nous n'avons donc pas à implorer le pardon des touristes. Avez-vous déjà entendu Québec s'excuser de ne pas avoir assez d'hôtels pour accueillir tous les gens? Est-ce que Montréal se fond en excuses de ne pas avoir assez de toilettes publiques pour accommoder tous les passants? Non. Et c'est normal. Parce que c'est la responsabilité de chaque personne de bien planifier ses déplacements.

La courtoisie est une danse qui se danse à deux. Oui, nous sommes réputés pour être accueillants et ça ne changera pas. Mais on n'a pas à tolérer de tristes scènes comme nous en voyons depuis le début des vacances. Ce n'est pas vrai que nous ne valons pas plus que les dollars que les touristes investissent chez nous. Notre région est notre richesse et nous sommes ouverts à la partager avec tout le monde les bras grands ouverts, mais pas à n'importe quel prix. Parce que nous ne sommes pas misérables au point d'accepter qu'on nous traite comme si nous étions des citoyens de seconde classe.

Dominique Fortier

Chef de contenu

L'Avantage gaspésien - L'Avant-Poste - Gaspésie Nouvelles - Chaleurs Nouvelles

 

Commentaires

27 juillet 2020

Doris Thibault

ho wowwwwwwwwwww tellement bien dit et tellement vrai. Bravo monsieur!!!

27 juillet 2020

Therese Gagnon

Très bien dit Dominique ! Excellent papier !

27 juillet 2020

Elaine Potvin

Je suis une touriste de Montréal qui visite régulièrement la Gaspésie depuis trois ans. Cette année, nous avons annulé nos vacances chez vous de peur d'emporter le virus dans nos bagages , mais surtout parce qu'au moment de partir, il y avait encore de l'incertitude au sujet de la quarantaine imposée aux visiteurs. Je suis sidérée par le manque de savoir-vivre de certains touristes cette année. Mais sont-ils tombés sur la tête? Je comprends que ce comportement n'est pas le fait de tous, mais ces cochons nous font tous passer pour des barbares sans manières. Maires et mairesses gaspésiens, sévissez, vous n'avez pas à tolérer ça. Des règlements contre les déchets sauvages, ça vous dirait d'en adopter et de les faire respecter? Et pour les campeurs, boondock tant que tu veux, mais pas sans ta toilette que diable! Pis laisse l'endroit aussi beau que tu l'as trouvé, t'es pas tout seul au monde... on aimerait ça le voir sans tes cochonneries nous aussi! Gaspésiens, n'acceptez pas ça, la planète est remplie de sites touristiques bousillés par les touristes malpropres, vous ne voulez pas faire partie de cette liste! L'économie a ses limites, vous ne serez pas plus riches si votre région devient infréquentable parce fréquentée par des cochons qui ne savent pas vivre.

27 juillet 2020

Nicole Boissoonnault

Merci Dominique Fortier’

27 juillet 2020

Lise Landry

Vous avez tout à fait raison... à maintes reprises j’ai essayé de répondre du mieux que j’ai pu aux commentaires... mais certains étaient arrogants... d’autres insultants disant que nous avions besoin des touristes. Pour vivre...comme vous avez mentionné... Mais à quel prix.... je mentionnais justement cela et que les bons touristes sont bienvenus mais pas les irresponsables irrespectueux et manque de savoir-vivre....

27 juillet 2020

Marc-André (Marco) Lévesque

C'est excellent comme texte et aussi comme direction à prendre...Nous sommes des Gaspésiens et vivons pauvrement mais nous sommes riches de beautés naturelles, notre pauvreté nous empêche pas de nous tenir bien droit debout. Jamais le Gaspésien ne se mettra à quatre pattes pour plaire aux touristes. Notre gentillesse n'a pas d'égale mais pas à un point de laisser passer des évènements déplorables comme cet été….Si le touriste ne veut pas comprendre les règles de bienséance suggérées, il va tout simplement se faire retourner chez lui et peut-être même à grand coup de pied au cul.

27 juillet 2020

Jean Claude Arsenault

Merci de votre beau texte j'espère que tout le Québec va le lire

27 juillet 2020

Helene Chouinard

Très bien dit, on n’a pas à s’agenouiller devant des touristes de sans savoir vivre.

27 juillet 2020

Hélène Chouinard

Très bien dit, on n’a pas à s’agenouiller devant des touristes qui ne sait pas vivre et respecter les gens de la région qu’ils visitent.

27 juillet 2020

Pierre L’abbé

Je sais pas ceux qui sont des têtes heureuses, les gens des régions, où les citadins

28 juillet 2020

Lucille bernache

Bien d'accord avec vous ,nous allons en Gaspesie chaque été depuis toujours et Faut protéger notre Belle Gaspesie ,merci de parler en notre nom .bonne journée.

28 juillet 2020

Muriel

Bonjour Même si je suis née ailleurs et que maintenant j habite en ville, j ai habite 5 ans en Gaspésie et ce que je lis me brise le cœur et me révolte... Il faut que la police éduque ces gens et fasse sont travail: il faut mettre des amendes à ces gens là et leur apprendre à vivre ( en Gaspésie, dans le sud, et partout où ils iront) car sinon qui le fera? Merci

28 juillet 2020

Ginette Whittom

Lorsque certaines gens sans éducation s’affichent publiquement en tant que Montréalais, j’ai honte.

28 juillet 2020

Sylvain Brochu

Tellement bien dit.J'arrive de votre belle Gaspesie et on avait pris soin de réserver partout ou on allait parce qu'on savait que tout le Quebec voulait vous visiter.Dommage que quelques individus imbéciles salissent et détruisent votre belle région.

28 juillet 2020

Louisette

Je suis d'accord avec vous! Très bon article, bien dit, nous ne sommes pas des citoyens de seconde classe, notre environnement nous le protéger, le partager. Ce n'est pas parce que nous vivons pour plusieurs de l'industrie touristique que nous sommes redevables envers ceux qui ne nous respecte pas. Ceux qui pensent qu'on leur doit tout parce que soit disant ils apportent de l'argent sont dans l'erreur. Pourquoi font-ils du camping sauvage? Précisément parce qu'ils ne veulent pas payer ou qu'ils n'ont pas de sous. Ainsi, ils ne contribuent pas à notre richesse. Bien au contraire, ils détruisent notre environnement ce nous appauvrit. Je suis estomaqué de contacter que le vieille mentalité de Montréal vous fait vivre existe encore. Voilà, la preuve que certains n'ont pas évolué. Merci pour votre message positif!

28 juillet 2020

Lisette Le Blanc

je suis d'accord avec vous. mais une chose m'agace au plus haut point...toujours comparer avec Montréal....quand vous aller à Montréal, quand les gens de Montréal vont chez vous...le Québec est vaste...j'habite un village près de Lévis, j'ai vécu à Amos, Val d'or, Gaspé...etc. Des jeunes de Rimouski, de Bonnaventure, de St-Camille, de St-Meumeu peuvent aussi aller faire des connerie... Ils font les cochons chez-vous cet été, avant c'était ailleurs ...après..???? Vous n'êtes pas des victimes, mais la saveur de l'année...parlez-en aux hôteliers de Québec, Montréal, Toronto...à la semaine de relâche. Modifier ou supprimer J’aime · Répondre · 1 h · Modifié

28 juillet 2020

Gilles Boulay

Bravo Monsieur D Fortin ,je suis un Gaspésien de racine (Anse Au Griffon ) j’ai demeuré 38 ans Mtl maintenant Dieppe NB , il est important des personnes comme vous pour mettre heure juste De la situation en Gaspésie intolérable les visiteurs sans réservation

28 juillet 2020

Gilles Boulay

Bravo Monsieur D Fortin ,je suis un Gaspésien de racine (Anse Au Griffon ) j’ai demeuré 38 ans Mtl maintenant Dieppe NB , il est important des personnes comme vous pour mettre heure juste De la situation en Gaspésie intolérable les visiteurs sans réservation

28 juillet 2020

Aline Poirier

Magnifique texte, je suis tout à fait d’accord avec vous. Merci de si bien dire. Native de la Gaspésie et toujours gaspésienne de cœur.

28 juillet 2020

nadia berube

Et savez-vous quoi? je vais vous visiter chaque année...(j'y suis née) mais pas cet été! Je vais attendre à l'an prochain pour aller me ressourcer chez moi!!!

28 juillet 2020

Yolaine

Bien dit! Le civisme doit se pratiquer partout et vous avez raison, c'est inacceptable.

28 juillet 2020

Gilberte Lavoie

M. le maire de Gaspé ne trouvait pas de solution, il a interprété les plaintes de chasse aux sorcières pendant que les déféquaient sur la plage. il n'ignorait certainement pas l'article 10 du règlement 1104-19 concernant les nuisance et interdisant le camping dans les lieux publics et les plages. Nous, on ne l'oubliera pas aux prochaines élections.

28 juillet 2020

Louise Huet

D'accord avec ce que vous relatez mais je vous dirais aussi qu'on a pas besoin des touristes pour voir ce genre de scènes. Vous n'avez qu'à marcher le long de n'importe quelle route (132 ou autre) dans tous les villages et vous n'en croirez pas vos yeux.... pas pour rien qu'à chaque année nous devons faire des corvées de nettoyage. À ce temps ci de l'année, ça parait moins.... l'herbe cache un peu... mais allez marcher et vous verrez et c'est pas les visiteurs.......... c'est les gens de chez nous.

29 juillet 2020

DIANE dadipelletier@cgocable,ca

On n,aime sa avoir des vacanciers mais on n,aime pas qu,il polu nos plages et autre espace On demande un respect qu,il ramasse leurs déchets si non il faudra mettre des règlements sévères on ne peut pas laisser faire sa comme sa

29 juillet 2020

Fernande lagacé

Excellent texte C’est un excellent plaidoyer.

30 juillet 2020

Bruno Bizier

J'aime bien ton coup d'gueule! Il est entièrement justifié et j'espère que d'autre Gaspésiens se tiendrons debout comme toi!

30 juillet 2020

Lilianne Ouellet

J'abonde totalement dans sens. RESPECT: de sois. des autres, de son environnement. Merci de défendre un des joyaux du Canada.

30 juillet 2020

Real Preston

Je crois que la ville devrait accommoder les visiteurs tout en ayànt une surveillance accrue et même trouver des solutions pour que les gens aient des stationnements .Par contre les gens devraient respecter la nature

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média