Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

08 juillet 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

Yves-François Blanchet réitère son appui à Guy Bernatchez

Bernatchez et Blanchet

©Photo Dominique Fortier - Gaspésie Nouvelles

Yves-François Blanchet et Guy Bernatchez se sont permis une petite partie de pêche à Mont-Louis. Toutefois, le poisson n'a pas mordu ce matin-là.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, était de passage à Saint-Maxime-du-Mont-Louis afin d'appuyer Guy Bernatchez en vue d'un prochain scrutin fédéral.

Lors des dernières élections, le maire de Saint-Maxime-du-Mont-Louis, Guy Bwernatchez, avait échappé la victoire par un mince différence de 637 voix face à la ministre libérale sortante Diane Lebouthillier. Peu de temps après, le candidat défait révélait son intention de se présenter à nouveau sous la bannière bloquiste.

Puisque le gouvernement actuel de Justin Trudeau est minoritaire, les autres partis ont tout intérêt à se préparer puisque le premier ministre peut déclencher des élections en tout temps. Cette fois-ci, le Bloc québécois n'attendra pas à la dernière minute avant de commencer à faire campagne. « Les gens ont besoin d'un candidat en qui ils ont confiance. Avec le tempérament qu'on connait de Guy, on sait qu'il va amener la région à Ottawa et non le contraire. Lors de la dernière campagne, tout ce qui nous a manqué, c'est un peu de temps. C'est un énorme comté à parcourir », exprime le chef du Bloc québécois.

Par ailleurs, Yves-François Blanchet, qui ne cache pas son affection pour la Gaspésie, croit fermement que la deuxième fois pourrait être la bonne. « Lorsqu'il va recommencer à faire le tour des municipalités, les gens vont savoir qui il est. Il a acquis une crédibilité et il est au courant des dossiers. N'oublions pas non plus qu'aux dernières élections, c'était une immense gageure de voter pour le Bloc ne sachant pas si le parti allait sortir de sa tombe. Tout ça va changer la perception des gens et s'il faut que je revienne quatre fois dans le comté, je le ferai avec plaisir. »

La machine est capable de bouger

Pour le chef du Bloc québécois, les récents événements qui ont ébranlé la planète en entier ont prouvé que la machine gouvernementale fédérale était capable de s'adapter rapidement. « Inspiré de nos propositions, les premiers programmes mis en place pendant la pandémie sont sortis très rapidement puisque la collaboration était là. Au pire, on apporte des corrections plus tard. C'est là où nous sommes rendus. »

Ainsi, la prestation canadienne d'urgence (PCU) doit maintenant être adaptée pour les régions comme le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie. « La PCU doit ramener les gens vers le travail mais le gouvernement fédéral ne comprend pas les réalités des régions. Pour lui, le Québec en entier est une grande région et il ne fait pas de différence entre le plateau Mont-Royal et Mont-Louis. La réalité est que l'économie d'ici est très saisonnière et ça prend une sortie de crise différente de celle à Montréal », ajoute Yves-François Blanchet. Ce dernier souligne que les gens ont besoin de travailler cet été en attendant la prochaine saison estivale afin d'avoir suffisamment de revenus pour se rendre à l'année prochaine.

Quant à savoir s'il préfère un parti ou un autre, le chef bloquiste y va de manière philosophique. « On peut travailler avec tout le monde. Notre ouvrage est de dire aux députés d'Ottawa: "ne nuisez pas à ce que Québec veut faire". Si c'est le cas, on peut être de bons amis. »

Finalement, on a demandé à Yves-François Blanchet ce qu'il voyait dans sa boule de cristal en ce qui a trait au déclenchement des prochaines élections. « Mon impression est que l'autre parti que je ne nommerai même pas va soutenir le gouvernement même s'il doit laver son auto car ils ont un problème de leadership et de programme. Par contre, je pense que le premier ministre pourra être tenté de déclencher des élections l'an prochain. »

À ce moment, le Bloc québécois entend être prêt. « Guy est notre homme. Il vit sa région, il la mange et il la sent. Il a les deux pieds dedans et il capable de dire ce que les gens pensent avec un gros bon sens. Il n'a pas un discours de quelqu'un qui parle du haut de sa troisième maîtrise et qui prétend savoir ce qui est mieux pour tout le monde », conclut Yves-François Blanchet.

Commentaires

18 juillet 2020

Jean PIerre Cloutier

Je suis de ces nombreux sceptiques qui demeurent convaincus qu'il y a eu "irrégularité et malversation" lors des dernières élections fédérales... Alors que les travailleurs d'Élections Canada devraient représenter de façon équitable tous les partis politiques engagés dans la lutte, comment se fait-il que ce soient les libéraux qui siègent en très grande majorité??? Comment assurer un processus sans accroc quand ce sont tous des libéraux qui comptent les bulletins de vote??? Que notre circonscription soit la dernière à recevoir les résultats des votes locaux alors que tous les autres résultats avaient été comptabilisés relève d'un "profond mystère" et je rejette les explications saugrenues et cavalières présentées par le DGE... Guy Bernatchez était l'élu, le choix de la population et personne ne comprend l'élection de Diane Lebouthillier à ce jour! Au fil du temps, les libéraux se sont mérités, et ce, à juste titre, la triste réputation de "magouilleurs"... nous avons pu le constater durant les dernières élections provinciales avec un "copié-collé" aux dernières élections fédérales... La Gaspésie mérite un représentant honnête qui est motivé par ces valeurs qui nous sont chères: honnêteté, intégrité, et labeur acharné... Ces valeurs sont la motivation même de Guy et sa présence à Ottawa ne pourra que nous être bénéfique à toutes et à tous... Nous devrons veiller aux grains de façon beaucoup plus sérieuse et soutenue si nous voulons prévenir et empêcher que les magouilles libérales ne se répètent...

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média