Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

05 juin 2020

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Gaspé s’attaque au camping dans les lieux publics

CAMPING GASPÉ

camping illégal

©Photo Chaleurs Nouvelles - Archives

La Sûreté du Québec aura l’autorité de faire appliquer le nouveau règlement. Les fautifs seront passibles d’amendes de 200$.

La Ville de Gaspé a déposé lundi un avis de motion pour se donner les coudées franches et mieux encadrer le camping sur son territoire.

Cette dernière, contrairement à la plupart des autres agglomérations principales en Gaspésie, n’avait toujours pas de règlement clair encadrant le camping dans les lieux publics. Carleton-sur-Mer a adopté le sien l'an dernier, alors que Percé en a un depuis 2014 et Matane depuis 2011. Dorénavant – et à moins d’un changement d’orientation draconien d’ici l’adoption du règlement – le camping sera interdit à Gaspé dans les endroits publics, que ce soit les tentes sur les abords des plages ou dans les parcs, ou encore le caravaning dans les stationnements de centre d’achat. La pratique était largement tolérée jusqu’ici. Mais le milieu des affaires et du tourisme a fait des demandes répétées depuis plusieurs années pour que la situation évolue. Gaspé a finalement décidé d’emboîter le pas, d’autant plus que les campings risquent d’être moins achalandés cet été dans les circonstances actuelles.

La meilleure voie de passage

 

Évidemment, certains sont moins heureux que d’autres et la proposition a suscité des débats houleux, comme dans chacune des villes qui dans le passé s’est frottée à la règlementation entourant le camping dans les lieux publics. « On était à peu près les seuls à ne pas avoir de règlement jusqu’ici. Ça fait des années que c’est réclamé et on a décidé de prendre le taureau par les cornes. À chaque fois, il y a des levées de boucliers et dans notre cas, ça semble être la question des plages le principal irritant », explique le maire Daniel Côté.

Ce dernier rappelle qu’il y a un laps de temps entre le dépôt de l’avis de motion et l’adoption du règlement, et que le conseil municipal reste à l’écoute pour ajuster la première mouture, au besoin. Mais en attendant, l’écoute demeure et les commentaires constructifs sont la bienvenue, contrairement aux injures et aux insultes, qui selon l’adage, ne salissent que ceux qui les profèrent.

« Je comprends qu’il y a des irritants et du lobbying; mais on travaille pour l’ensemble des citoyens corporatifs et individuels, ajoute Daniel Côté. Un pareil dossier ne fera jamais l’unanimité. Si on est laxistes, les gens vont dire que les plages sont devenues des dépotoirs, et ils n’ont pas tort. Si on est restrictifs, les gens vont dire qu’on brime leur liberté d’utiliser le bien public, et ils n’ont pas tort non plus. Si on légifère pour l’interdiction des roulottes dans les stationnements de centre d’achat – car eux n’ont pas le pouvoir de le faire – on se bute à la Fédération de camping et de caravaning. Il n’y aura jamais de solution parfaite. Mais je le dis et je le répète, on va trouver la meilleure voie de passage qui va plaire à la majorité, autant pour la communauté d’affaires que pour les citoyens. »

La Sûreté du Québec aura l’autorité de faire appliquer le nouveau règlement. Les fautifs seront passibles d’amendes de 200$. « Depuis le 475e de Gaspé en 2009, ce n’est pas arrivé que tous les terrains de camping soient pleins en même temps, sauf quelques cas exceptionnels. On a une façon de coordonner tout ça via une plateforme pilotée par Destination Canada pour le savoir alors ce n’est pas la place qui va manquer », conclut Daniel Côté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média