Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

06 avril 2020

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Covid-19 : un 2e décès en Gaspésie

Covid-19

Manoir du Havre Maria

©Roxanne Langlois - Gaspésie Nouvelles

La Gaspésie enregistre malheureusement un deuxième décès sur son territoire en lien avec la Covid-19.

La victime résidait au Manoir du Havre de Maria, tout comme l’homme du 79 ans qui a succombé à la maladie samedi. Ce deuxième décès est survenu dimanche et la personne – dont l’identité n’a pas été dévoilée – était déjà atteinte de maladies graves, selon la direction régionale de Santé publique, qui souhaite offrir ses condoléances à toute la famille.

Rappelons que 8 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés aujourd’hui en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. Tous proviennent d’individus qui étaient déjà sous enquête et isolés à la maison, et dont les symptômes sont apparus récemment.

On signale aussi que parmi les 62 cas répertoriés jusqu’ici, environ 75% d’entre eux proviennent du Manoir du Havre. Les autres occurrences sont dispersées dans toutes les autres MRC de la péninsule et des Îles-de-la-Madeleine, mais leur faible nombre permet pour l’instant aux autorités de garder l’œil sur les déplacements de la Covid-19 sur le territoire. « On est toujours dans un contexte de transmission de cas importés. On est capable de suivre à la trace le virus et on est pas du tout dans un contexte de transmission communautaire qu’on ne pourrait pas identifier », explique le directeur régional de Santé publique, le Dr Yv Bonnier-Viger.

Pas d’inquiétudes pour E. Gagnon et fils

 

Questionné sur l’usine de transformation E. Gagnon et fils qui vient de mettre sur pause ses activités suite à un employé testé positif, le Dr Bonnier-Viger indique que les mesures de précaution avaient déjà été étudiées et élaborées pour éviter toute propagation de coronavirus. « Ce n’est pas une grande contamination [...] Nous avons une équipe de santé au travail qui avait déjà travaillé avec eux pour s’assurer que les mesures recommandées par l’INSPQ avaient été mises en place. L’usine était déjà assez correcte pour éviter la contagion et j’imagine que la pause va permettre de compléter les travaux et de reprendre correctement [...] Il y a déjà deux semaines, un groupe de travail d’experts s’était penché sur les meilleures mesures à prendre. Un guide sur l’industrie de la pêche a été rendu et ces mesures étaient déjà appliquées alors je ne suis pas inquiet. Il peut arriver dans n’importe quel milieu de travail d’avoir des cas positifs même si des mesures sont en place », analyse-t-il.

Petit lexique de la transmission communautaire

 

Pour ceux qui s’interrogent sur la définition de transmission communautaire et pourquoi il n’en est toujours pas question en Gaspésie malgré l’éclosion au Manoir du Havre, le directeur régional de Santé publique précise que l'expression est valable lorsqu’on on perd de façon régulière la chaîne de transmission. « Actuellement, une personne qui est positive, on est capable de faire l’enquête, trouver ses contacts, les mettre en isolement et si jamais un contact devient positif, on refait l’enquête et on remet ses contacts en isolement. Comme ça, on empêche le virus de se propager dans la population parce que toute personne infectée peut être isolée. Le jour où on va perdre la capacité de faire ça, on va tranquillement glisser vers la transmission communautaire. À Montréal par exemple, c’est évident qu’ils sont incapables de faire ce qu’on fait ici. Le nombre de cas est beaucoup trop grand, ils ont finalement perdu la trace et là des cas arrivent un peu de n’importe où. Nous, nous somme encore au début d’une épidémie que nous contrôlons bien alors c’est pour ça qu’on reste pour le moment en dehors de cette transmission communautaire. »

Appel à la solidarité

 

Le Dr Yv Bonnier-Viger avait aussi un message pour tous les Gaspésiens et a débuté son point de presse quotidien en témoignant de sa solidarité envers toutes les personnes atteintes de Covid-19. « Ce n’est pas drôle d’avoir cette maladie. Non seulement parce qu’elle peut se compliquer, mais aussi parce qu’il y a souvent un stigmate qui vient avec. On est dans une région avec beaucoup de force et avec un grand sentiment de solidarité communautaire, mais parfois quand l’anxiété prend, il y a des gens qui ont peur et qui expriment leur peur de façon très maladroite, auprès des personnes atteintes. Je crois que c’est important qu’on se rappelle que quelqu’un qui tombe malade ne l’a pas voulu et que plusieurs d’entre nous vont l’attraper. Ce n’est pas une maladie qu’on peut enrayer comme ça. On fait tout ce qu’on peut pour ralentir sa progression, mais il faut se rappeler que c’est un combat collectif et que ça serait dommage qu’on en exclut quelques-uns alors qu’ils ont besoin de notre soutien et notre bienveillance. »

Des données ventilées, ultérieurement

 

Pour l’instant, trop peu de cas confirmés de Covid-19 sont enregistrés pour pouvoir prétendre dresser un portrait par MRC (voir le paragraphe si haut). Mais la donne pourrait changer lorsque les occurrences seront beaucoup plus élevées et que les statistiques séparées par secteur ne permettront plus de stigmatiser certains lieux et certaines personnes. En attendant, elles demeurent inchangées avec celles de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine dans un seul bloc commun et les consignes d'usage demeurent, que ce soit le lavage des mains souvent et pendant 20 secondes, la distanciation physique de 2 mètres et l'interdiction de rassemblement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média