Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

24 mars 2020

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

« Les banques veulent le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la caissière » -Sylvain Roy

COVID-19

Sylvain Roy

©Photo Roxanne Langlois - Gaspésie Nouvelles

Le député péquiste de Bonaventure, Sylvain Roy demande aux banques d'être moins gourmandes en cette période de crise.

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy fustige les institutions financières d'agir de façon gourmande et égoïste pendant cette crise sanitaire et économique qui a de graves répercussions sur la population gaspésienne mais aussi sur l'ensemble des Canadiens.

Sylvain Roy ne s'explique pas pourquoi les institutions financière ne suivent pas les recommandations du gouvernement fédéral qui demande à tout le monde d'être solidaire et de faire des efforts. « S'il y a une gang qui semble avoir oublié le message et qui veut le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la caissière, ce sont les banques et les institutions financières qui n'ont absolument pas baissé les taux d'intérêt sur les cartes de crédit alors qu'on nous demande de privilégier les modes de paiement par carte. »

Le député déplore que les banques ne participent à alléger le fardeau fiscal des Canadiens alors qu'ils bénéficieront d'une aide financière du gouvernement fédéral pour passer à travers la crise actuelle. « Ce sont des "bums corporatifs" qui doivent participer à l'effort de guerre. »

Le député de Bonaventure exhorte le gouvernement fédéral d'imposer aux institutions financières une diminution des taux d'intérêt sur les cartes de crédit et une élimination des frais bancaires liés à l'utilisation des cartes de crédit, autant pour les citoyens que les marchands. « Ce n'est pas vrai qu'elles vont s'enrichir sur le dos des citoyens dans un contexte où elles ont fait 50 milliards de dollars de profit au Canada l'an dernier. »

Sylvain Roy est donc catégorique: « Le gouvernement fédéral doit mettre ses culottes et prendre ses responsabilités en imposer aux banques une diminution de leur avidité. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média