Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

23 mars 2020

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

O’Dwyer se lance dans le désinfectant à mains

Covid-19

O'Dwyer

©Jean-Philippe Thibault

Une fois les matières premières arrivées, on peut compter au maximum 2 jours pour que le désinfectant soit prêt.

La microdistillerie O’Dwyer de Gaspé met l’épaule à la roue en ces temps de crise en mettant momentanément sur pause sa production de spiritueux et en concentrant ses efforts à fabriquer du désinfectant à mains pour les institutions et commerces dont cette denrée se fait de plus en plus rare.

Si l’idée a été lancée un peu à la blague la semaine dernière, elle a pris forme pendant la fin de semaine pour finalement se concrétiser, en voyant que la demande était grandissante. « On riait de ça au début, et qu’il n’y allait pas avoir une pénurie de désinfectant. Et ce matin, on est en train de faire toutes les démarches pour mettre ça sur le marché. Tout change terriblement vite avec cette pandémie [...] Normalement, pour faire un nouveau produit, on prend environ un an, histoire de trouver les bons fournisseurs et bien le concrétiser, mais là on fait tout ça en une semaine; c’est une grosse charge à prendre », explique Michael Briand, copropriétaire chez O’Dwyer.

Ce dernier explique que grosso modo – pour faire une histoire courte – il faut de l’alcool et de la glycérine pour créer le désinfectant. La microdistillerie a déjà sous la main les équipements, le système d’embouteillage, les cuves et surtout l’expertise pour le faire; Frédéric Jacques, copropriétaire, a un doctorat en chimie organique alors que leur employé possède une maîtrise en biochimie.

Incidemment, des discussions ont déjà été entamées pour procéder à une première commande et débuter à embouteiller aussitôt que faire se peut. Du moment où les produits arrivent sur place, on peut compter au maximum 2 jours pour que le désinfectant soit prêt. « Une fois que la commande est placée, ça va être ici dans quelques jours seulement. On a un système d’embouteillage spécifiquement pour ça, on a les bouteilles et on a les étiquettes [...] Le but est de fournir le plus rapidement possible les endroits essentiels qui doivent être ouverts au public, comme les hôpitaux, les maisons pour personnes âgées, les épiceries ou les postes de police par exemple », explique Michael Briand. Des formats de 18,5 litres pourraient ainsi être livrés aux hôpitaux alors que les plus petits formats auraient 750 mL.

Il indique que les marges de profit seront minces, et que l’entreprise veut surtout faire sa part en ce temps de crise. Elle retardera ainsi le lancement de deux nouveaux produits, dont le Pudding Stone, boisson alcoolisée à la crème qui a déjà fait grand bruit même si elle n’est pas encore disponible. « Faire du gin, faire de la boisson, c’est quelque chose de cool. Quand l’économie va bien, les gens socialisent et c’est le fun. Mais là, quand tu fais du désinfectant parce qu’il y a une pénurie mondiale à cause d’une pandémie où les gens meurent, c’est une autre game [...] On avait deux produits qui s’en venaient mais on les met de côté et on se concentre là-dessus. On ne sait pas trop ce qui s’en vient et si admettons que ça devient comme la grippe espagnole, on ne veut pas regarder en arrière en se disant qu’on a continué à faire du gin [...] On a les équipements, on connaît les fournisseurs, on a la place pour l’embouteillage, les mélangeurs, les cuves. On a tout pour le faire alors on veut le faire. »

Évidemment, toutes les mesures sanitaires et de distanciation sociale seront suivies à la lettre dans tout le processus.

Gare au désinfectant maison

 

À l’heure où plusieurs pharmacies et commerces sont présentement en rupture de désinfectant à mains, des recettes maison sont apparues sur les réseaux sociaux, dont plusieurs se révèlent plus ou moins efficaces contre la Covid-19. Certaines suggèrent de la vodka (le taux d’alcool n’est pas assez élevé) ou encore une grande quantité de gel d’aloès (ce qui dilue la concentration d’alcool du désinfectant). Pour éradiquer la Covid-19, la concentration d’alcool devrait entre 60 et 80% selon ce que rapportait récemment L’Actualité, d’après les informations d’un chimiste et d’un microbiologiste infectiologue, qui lui ne recommandait pas ces recettes maison trouvées sur les réseaux sociaux.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média