Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

12 février 2020

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Listuguj : le blocus du rail se poursuit pour une troisième journée

Campement Listuguj train

©Photo Chaleurs Nouvelles - Roxanne Langlois

Quelques manifestants s’apprêtaient à passer la nuit sur place mardi soir lors du passage du Chaleurs Nouvelles.

TRANSPORT FERROVIAIRE. La Société de chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) demeure à l’affût de ce qui se produira au courant des prochaines heures à Listuguj, où des membres de la communauté autochtone continuent de bloquer le rail en soutien aux chefs héréditaires de Wet'suwet'en de la Colombie Britannique, qui s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink.

Le blocage du chemin de fer se poursuit pour une troisième journée à proximité de l’usine GDS ; une poignée de manifestants ont d’ailleurs encore une fois passé la nuit sur place et ceux-ci continuent de se relayer afin de maintenir leur manifestation pacifique. Le transport ferroviaire est complètement interrompu depuis lundi à 11h ; des wagons chargés de transporter des copeaux de bois ou du ciment en provenance de Port-Daniel-Gascons sont coincés à Matapédia ainsi qu’entre Escuminac et New Richmond.

Si la SCFG avait été avisée qu’une action aurait lieu pendant 48 heures sur le chemin de fer qu’elle gère, il semble que les personnes qui ont pris d’assaut le chemin de fer n’aient pas d’échéancier précis; des participants ont confirmé cette information dans divers médias hier au courant de la journée. « Nous serons ici aussi longtemps que notre groupe le décidera », a d’ailleurs mentionné au Chaleurs Nouvelles une participante, Kayla Isaac-Gedeon.

Le Canadien National (CN) a obtenu vendredi dernier une injonction de la Cour supérieure de l’Ontario afin de faire interrompre les actions qui ont cours sur ses différents tronçons. De son côté, la SCFG se croise les doigts pour que la manifestation prenne fin tel que prévu en fin d’avant-midi.

Son président, Éric Dubé, espère que l’instance n’aura pas à recourir aux tribunaux.  « On n’était pas encore là, mais si ça perdure, on n’aura pas le choix d’envisager ça. Dans le meilleur des mondes, ça ne devrait pas être à nous de le faire. Le rail, il appartient au gouvernement du Québec », rappelle-t-il, admettant que le dossier constitue actuellement une « patate chaude ».  

Celui-ci rappelle que le conseil de bande de Listuguj n’est pas à l’origine du mouvement en cours ; en ce sens, les communications avec le groupe qui a érigé un campement à proximité du chemin Qospem s’avèrent actuellement difficiles.

Rappelons que le chantier de Coastal Gaslink est situé sur le territoire de Wet’suwet’en, au Nord de la Colombie-Britannique ; des membres de la communauté qui s’opposent au projet bloquent l’accès aux employés de l’entreprise en dépit d’une injonction émise par la cour.

Des pourparlers qui étaient en cours depuis sept jours entre le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique et les chefs héréditaires de la Première Nation relativement à la levée du camp bloquant l’accès au chantier ont achoppé le 5 février dernier. De nombreuses actions de soutien ont depuis été organisées en guise de soutien aux quatre coins du Canada.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média