Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

16 janvier 2020

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Aucune fraude électorale, assure le Conseil de la Nation Micmac de Gespeg

ÉLECTIONS DU 5 FÉVRIER

Terry Shaw

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Terry Shaw, candidat à la chefferie de Gespeg.

Le Conseil de la Nation Micmac de Gespeg a tenu à rassurer l’ensemble de ses membres suite à la controverse entourant les noms inscrits sur la liste électorale en vue des élections du 5 février prochain.

Aucun nom n’a été indument ou volontairement retranché, précise d’entrée de jeu le conseiller et candidat à la chefferie, Terry Shaw. Lors d’un point de presse tenu jeudi après-midi, ce dernier a réitéré maintes fois que la liste de tous les membres de Gespeg (environ 1500 personnes) a été transmise à la présidente d’élection - Me Marie-Christine Côté - et qu’une autre liste séparant les membres statués et non statués lui a aussi été envoyée, à sa demande. La liste électorale partagée publiquement comprend ainsi uniquement les membres statués en âge de voter, explique le Conseil.

« La liste électorale, c’est le mandat de la présidente d’élection. On a envoyé la liste complète qui provient de la registraire. Après, il y a eu d’autres demandes de la présidente pour filtrer la liste; séparer les statués et non statués et ç’a été remis par la suite. Mais au départ, la liste complète, et je veux le souligner, a été remise [...] En aucun temps le Conseil veut limiter ou restreindre des membres aux élections à venir », précise Terry Shaw.

Ce dernier ajoute que les personnes admissibles à voter qui ne se retrouveraient pas initialement sur la liste électorale mais qui répondent aux critères du Code d’appartenance sont invitées à contacter la présidente d’élection pour se prémunir de leur droit.

C’est d’ailleurs ce qu’a fait Johanne Jean, conseillère à Gespeg dont deux de ses quatre enfants ne se retrouvent pas sur cette fameuse liste électorale. « Je ne me casse même pas la tête pour mes enfants qu’ils vont avoir le droit de vote, parce qu’elle [Me Marie-Christine Côté] m’a rassurée qu’elle va faire tout en son pouvoir pour donner le droit de vote à ceux qui le peuvent [...] La liste qui a été publiée, c’est la liste électorale des membres statués. Ce sont les enfants qui n’apparaissent pas [...] Pas un nom n’a été retiré de la liste et c’est vraiment la présidente qui a juridiction de décider de la légitimité des électeurs. Me Côté a eu la liste complète [de tous les membres de Gespeg]. Le message aujourd’hui, c’est de rassurer nos gens et ils peuvent nous contacter en tout temps s’ils ont des questions. » Très précisément 998 personnes sont statuées à Gespeg alors que 574 autres sont non statuées.

Rappelons qu’un peu plus tôt dans la semaine, l’ex-cheffe Manon Jeannotte a procédé à une sortie médiatique pour dénoncer « une manipulation frauduleuse de la liste électorale », selon des propos rapportés par Radio-Canada. Elle indiquait alors que le nom de près de 100 personnes aurait ainsi été manquant, portant ensuite une plainte formelle pour fraude à la Sûreté du Québec. Le Conseil soutient que ces allégations sont non fondées et qu’il collaborera pleinement si jamais il y avait enquête. Le scrutin se tiendra le mercredi 5 février de 10 h à 18 h en simultané à Gaspé ainsi qu’à Montréal, où 40% des membres des Gespeg résident.

Les catégories de membres en vertu du Code d’appartenance

 

1- Les membres de base. Ceux qui figuraient sur la liste de bande du Ministère des affaires indiennes le 17 avril 1985.

2- Les personnes possédant des droits acquis depuis le 17 avril 1985 en vertu de la Loi sur les Indiens. Ceux qui ont retrouvé leur statut d’indien depuis le 17 avril 1985 en vertu de l’article 6 de la Loi sur les indiens

3- Les personnes automatiquement admissibles. Ceux dont le père ou la mère naturelle est membre de la bande ou toute personne ayant officiellement acquis ce statut ou a droit de l’être.

4- Les personnes adoptées. Un enfant indien adopté par un membre de la bande a le droit d’être inscrit.

5- Les membres provisoires. Un membre d’une autre bande au Canada qui suit le processus, peut demander d’être membre, suite au processus il devient membre provisoire – sans droit de vote. Cinq ans après être membre provisoire, le membre peut demander d’être membre de la bande. Un enfant d’un membre provisoire peut devenir membre provisoire aussi.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média