Carrières dans votre région Avis de décès Classées Édition Électronique Guide resto

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

11 décembre 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Une trentaine d'emplois et investissements entre 40 et 60 M$

GISEMENT LEFRANÇOIS - RESSOURCES MINÉRALES PÉLICAN

Ressources minérales Pélican

©Photo Ressources minérales Pélican

L’exploitation commerciale de carbonate de calcium pourrait se faire dès 2022 si l’échéancier est respecté.

Ressources minérales Pélican a présenté hier soir à une centaine de citoyens rassemblés à la salle communautaire Clarence-Minville de Grande-Vallée son projet d’exploitation de calcaire, qui avance à grand pas et qui s’approche de plus en plus de la ligne d’arrivée.

L’entreprise possède un bail d’exploitation depuis 2011 au gisement Lefrançois, qui se situe techniquement sur les territoires non organisés Mont-Albert, en Haute-Gaspésie, à très exactement 26 km du cœur du village de Grande-Vallée. Ressources minérales Pélican pourrait créer 30 emplois directs et indirects, dans un scénario conservateur. La totalité du projet est évalué entre 40 et 60 millions de dollars, incluant la construction d’une usine sur la route de la Rivière à mi-chemin entre Grande-Vallée et le gisement, ainsi qu’une nouvelle infrastructure portuaire à l’extrémité Est de la municipalité. Le quai actuel de Grande-Vallée serait utilisé à court terme dans les premières années, mais n’est pas adapté pour davantage de volume à long terme. L’exploitation devrait se faire pendant 40 ans et on évalue que la carrière pourrait contenir au bas mot 100 millions de tonnes, dont 29% du gisement est de haute pureté, ce qui fait du site l’un des plus prometteurs en Amérique du Nord selon les promoteurs.

« On a la chance d’avoir une homogénéité intéressante avec des grades de pureté très élevés en surface, accessibles rapidement et facilement. C’est assurément un gisement encore non exploité d’excellente qualité à l’échelle du nord-est américain [...] On a fait tout ce qu’il fallait pour confirmer la qualité et la quantité du produit; on sait qu’on a un marché atteignable varié très intéressant à long terme, mais il faut avoir la chaîne logistique de transport efficace et c’est à ce niveau qu’il reste un peu plus de travail à faire », explique le président David Canuel.

Toutes les autorisations gouvernementales ont déjà été obtenues pour la carrière et une étude de faisabilité est présentement en cours pour la future infrastructure portuaire. Selon le calendrier prévu, l’exploitation commerciale pourrait se faire dès 2022. Dépendamment si la matière est concassée ou broyée, elle peut être utilisée comme agrégat industriel (pierre à béton, bouletage de fer), pierre ornementale architecturale (monuments, façades) ou encore comme carbonate de calcium broyé (asphalte, métallurgie, industrie du verre). Le marché des provinces maritimes et du Québec est notamment dans la mire de l’entreprise, alors que le Canada est en situation d’importation de calcaire et que des parts pourraient aisément être grugées.

Rappelons que Ressources minérales Pélican existe depuis 2007 et a travaillé principalement en exploration minière jusqu’en 2011, moment où l’entreprise s’est concentrée sur le gisement Lefrançois. Dans les années suivantes, trois importantes campagnes de forage ont été menées pour connaître la quantité et la qualité de la matière disponible. Le siège social de l’entreprise se situe à Murdochville, ce qui en fait un projet régional d’autant plus porteur selon David Canuel, lui-même originaire de Saint-Zénon-du-Lac-Humqui dans la Vallée de La Matapédia. « Avec le gisement dans les TNO Mont-Albert, il y aura des redevances à la Haute-Gaspésie et des activités industrielles dans La Côté-de-Gaspé. On chevauche deux MRC et les retombées vont être réparties alors je trouve ça intéressant », analyse-t-il. Les deux autres actionnaires principaux de Ressources minérales Pélican sont le géologue Claude Vachon et l'homme d'affaires Camil Boutin.

Pour sa part, le maire de Grande-Vallée était évidemment ravi de la présentation faite devant ses concitoyens et estime que l’arrivée de ce joueur pourrait donner un sérieux coup de main pour préserver les acquis et attirer de nouvelles familles. « Ce sont des bonnes nouvelles pour nous aider à revitaliser la municipalité et continuer le développement entrepris il y a plusieurs années, tout en consolidant notre offre de service en santé et sécurité publique. On espère vraiment que ça va se réaliser », conclut Noël Richard.

Commentaires

12 décembre 2019

Septuagénaire de Québec

Joindre des cartes aurait été utile pour mieux comprendre .......pour les " étrangers " comme moi.

17 décembre 2019

Pascal

Je suis operateur de pelle et j’arrive du nord. Ma compagnie est fermée. Allez vous engager dans les prochain mois. Sa serais intéressant de travailler pour une nouvelle compagnie dans le domaine des mines en Gaspésie. Merci .

20 décembre 2019

jocelyn hebert

beau projet si jamais vous pouvez me contacter je peut poperer de la maxchinerie et maneouvres

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média