Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

05 décembre 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Les syndicats s’inquiètent du nombre d’infirmières en Gaspésie

Concertation demandée

AB-InfirmieresAT

©Photo Burst

Le Syndicat révèle que le personnel infirmier de la Gaspésie est le plus âgé au Québec avec 21% de son effectif âgé de 55 ans et plus.

Le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ-CSQ) se dit fortement préoccupé par le dernier portrait détaillé de l'effectif infirmier au Québec, craignant une aggravation de la pénurie de personnel en Gaspésie d'ici les 5 prochaines années.

Le Syndicat dit constater une diminution de 2,2 % du personnel infirmier en Gaspésie depuis 2014-2015, avec le personnel le plus âgé au Québec en raison de 21 % des infirmières et infirmières auxiliaires qui sont âgées de 55 ans et plus. C'est donc dire que près de 200 d'entre elles pourraient prendre leur retraite au cours des 5 prochaines années. D’autant plus que de nouvelles règles entourant le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics qui entreront en vigueur en juillet 2020, ce qui pourrait inciter plusieurs infirmières à quitter la profession.

« Il y a d'autres éléments qui nous apparaissent préoccupants, explique le président du SIIIEQ-CSQ, Pier-Luc Bujold. En effet, on constate une diminution significative de 25 % du nombre de demandes d'admission au premier tour dans le programme de Soins infirmiers au Cégep de la Gaspésie de 2013 à 2018. Il y a également diminution du nombre d'infirmières exerçant dans le secteur de la formation infirmière dans notre région. Finalement, le taux élevé de congés d'invalidité, qui augmente sans cesse, viendra accentuer la pénurie appréhendée. » Ce dernier soutient donc qu'il est urgent que tous les acteurs d'influence de la région se concertent afin de se doter d'une stratégie d'action concrète pour contrer de façon durable ces problématiques de pénurie de personnel infirmier.

Pour dénouer la situation, la Fédération de la Santé du Québec suggère d’agir rapidement sur les conditions de travail pour les rendre plus attrayantes, en éliminant le temps supplémentaire obligatoire et exiger des ressources supplémentaires pour stabiliser les postes et les équipes de soins, deux points au cœur de leurs demandes dans le cadre des négociations en cours pour le renouvellement des conventions collectives. La Centrale des syndicats du Québec demande pour sa part que le gouvernement Legault accorde au CISSS de la Gaspésie des ressources financières « suffisantes et stables pour permettre un réel déploiement de mesures d'attraction et de rétention du personnel efficaces et durables ».

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média