Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

27 novembre 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Vers une école 0 fumeur à la polyvalente de Chandler

École Mgr Sévigny

École Mgr Sévigny

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

La polyvalente de Chandler compte 327, dont 31% ont consommé au moins une fois des produits du tabac ou de la vapoteuse dans les 7 derniers jours.

Un étudiant sur quatre (25%) fume arrivé en secondaire V à la polyvalente de Chandler. C’est presque deux fois plus que lorsqu’ils sont en secondaire I (15%).

Rien pour réjouir la direction, qui est restée quelque peu pantoise face à ces statistiques inquiétantes. « Ce sont même 31% des élèves qui ont consommé au moins une fois des produits du tabac ou de la vapoteuse dans les 7 derniers jours. On a été énormément surpris de voir ces chiffres », lance d’emblée le directeur Jasmin Naud. Il faut dire que la moyenne québécoise est de 12% chez les élèves; presque trois fois moins.

Loin d’en rester là, la polyvalente a décidé de prendre le taureau par les cornes et elle compte bien endiguer complètement le tabagisme dans l’établissement, qui compte 327 élèves.

Une première en Gaspésie

 

L’objectif d’une école sans fumeur est évidemment ambitieux, mais pour parvenir à ses fins, on a tout d’abord mis sur pied un vaste plan d’action sur 5 ans, en partenariat avec les services du Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS), les travailleurs de milieu de Communic-Ami et la Maison des Jeunes. La polyvalente de Chandler est d’ailleurs la première en Gaspésie à adopter une Politique pour une génération sans fumée. On prévoit d’ores et déjà réduire de 50 % le nombre de fumeurs au cours de la présente année scolaire.

Comment? En faisant de cet enjeu une priorité – évidemment – mais surtout en posant plusieurs actions concrètes et répétées dans le quotidien des étudiants, pour les conscientiser aux effets néfastes de la cigarette, en commençant par le lancement du plan d’action lui-même; première étape pour mettre la table et l’emphase sur le sujet. Ou encore en suggérant des quiz interactifs à effectuer sur téléphone intelligent pour mettre de l’avant les stratagèmes utilisés par l’industrie du tabac pour faire des consommateurs des clients récurrents. Les enseignants seront aussi mis à contribution dans leur matière, comme par exemple en expliquant dans les cours de sciences l’action neurophysiologique de la cigarette sur le corps humain. « C’est plein d’activités comme ça. Il va y avoir aussi sur l’heure du midi des diners-causeries avec nos jeunes consommateurs. On veut y aller de façon à changer leur perception sur la consommation de tabac pour les informer le mieux possible et qu’ils prennent des décisions éclairées », ajoute Jasmin Naud.

On veut donc avant tout conscientiser les adultes de demain, quoique certaines mesures coercitives pourraient également être envisagées. Les élèves récalcitrants pris en flagrant délit seront rencontrés, les parents pourraient être avertis et des amendes pourraient ultimement être données après quelques avertissements, bien qu’on veuille éviter d’en arriver à ce point. « C’est certain que le changement ça ne fait pas l’affaire de tout le monde, mais c’est un élève à la fois qu’on réussit à changer les habitudes. Je sais que ce n’’est pas facile, mais j’encourage tout le monde à le faire », précise le directeur, qui parle en toute connaissance de cause pour avoir lui-même arrêté de fumer il y a plus de 20 ans.

On évalue d’ailleurs qu’environ 20% des professeurs fument toujours à Mgr Sévigny. Ces derniers sont aussi invités à écraser la cigarette pour montrer l’exemple et parvenir ultimement à une école sans fumée. « On a un mandat d’éducation à ce niveau et pour bien desservir la communauté et les élèves, on n’a pas le choix d’avoir une stratégie pour faire diminuer notre proportion de fumeurs », conclut Jasmin Naud.

La Direction de la santé publique a d’ailleurs salué l’initiative de la polyvelente, suggérant que cet exemple fasse boule de neige et devienne un exemple à suivre partout ailleurs. « Le tabagisme juvénile est un enjeu de santé publique qui nous préoccupe au plus haut point [...] Avec une stratégie d’action énergique, on contribue à renverser cette tendance. Toutes les écoles secondaires de la région devraient lui emboîter le pas! », a soutenu le CISSS de la Gaspésie via communiqué. Gageons que d’autres établissements scolaires feront de même sous peu.

Commentaires

27 novembre 2019

Yolaine Lebrasseur

Les fumeurs sont tous sur la rue Mgr Ross.. (en dehors du stationnement de la poly)... On les voit tous les jours.... Il doit avoir du retard dans le retour des classes après les récrés...... lolllll

27 novembre 2019

Andrée Loiselle

Très contente de cette initiative et je vois que la cigarette est un problème pour nos jeunes. Félicitations à vous tous (tes) pour votre aide auprès des jeunes ......

27 novembre 2019

Samuel Anglehart

Temps qu’à moi, les jeunes ont bien le droit de faire ce qu’ils leur chantes ? une école sans fumer ? Fine! Je suis pour aussi mais de la à commencer a distribuer certaine contravention, je trouve que sa va trop loin... La loi stipule que les moin de 18 ans non pas le droit de ce procurer tous produit du tabac mais aucune loi ne dit qu’un jeune adolescent de 15 ans n’as aucun droit de fumer ? Du moin, je n’ai jamais vu un adolescent se faire donner une contravention pour ca.. laissez les fumer aux bout du chemin comme ont as toujours fait, sa n’as jamais causer de problèmes a ce que je me souvienne!

28 novembre 2019

Michel Vachon

Très belle initiative, il faut mettre à contribution tout les intervenants y compris les parents, les ados eux mêmes qui ont réussit à cesser de fumer. Proposer aux fumeurs de s’impliquer dans diverses activités sportives, culturelles ou autres aux heures critiques, soit l’heure du dîner et les récréations ,puis la fin des classes. Bravo à l’écoLe Mgr. Sévigny!

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média