Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

14 novembre 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Nouvelle fraude par téléphone qui touche l'Est-du-Québec

FRAUDE PAR TÉLÉPHONE

téléphone

©Pixabay

Les fraudeurs ne cessent de se réinventer pour tenter d’arnaquer les citoyens par téléphone. Un nouveau stratagème a été mis sur pied et la Sûreté du Québec incite la population à redoubler de prudence. L’Est-du-Québec a notamment été touché.

À la base, un citoyen reçoit un appel téléphonique d’une personne qui s’exprime en anglais et qui prétend être un policier. La personne au bout du fil demande ensuite au citoyen de valider son nom et son numéro d’assurance sociale. Si le citoyen refuse, le fraudeur utilise la menace et affirme que des policiers viendront rapidement procéder à son arrestation s’il ne collabore pas.

Dans certains cas, le fraudeur ajoute que le citoyen a été victime de fraude et lui demande également de confirmer ses informations bancaires et d’effectuer un virement dans un compte précis, pour protéger son argent. On va même jusqu’à demander au citoyen le numéro de téléphone de son corps de police local en mentionnant qu’un policier de cet endroit communiquera avec lui. Un nouvel appel est ensuite fait au citoyen et l’afficheur indique un numéro qui correspond à celui d’un poste de police de la Sûreté du Québec. Évidemment, ces appels sont frauduleux. La SQ rappelle qu’elle ne communique jamais avec les citoyens dans l’objectif de leur soutirer ou d’exiger des renseignements personnels ou financiers. « Vous devez faire preuve de prudence lorsque quelqu’un prétend travailler pour un service public [...] Ne supposez jamais que le numéro de téléphone sur votre afficheur est exact. Les fraudeurs ont recours à des logiciels ou applications pour tromper leurs victimes », explique le porte-parole Claude Doiron.

Ce dernier ajoute par ailleurs qu’on ne doit jamais divulguer son numéro d’assurance social et qu’en vertu de la loi, seuls les organismes gouvernementaux, un employeur (au moment de l’embauche) ou une institution financière peuvent l’exiger. Une demande de payer certains frais par courriel, par téléphone ou par message texte devrait également toujours sonner une cloche d’avertissement.

Toute information sur des actes criminels ou des événements suspects peut être communiquée à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264 ou à l’organisme Échec au Crime au 1 800 711-1800.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média