Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

07 novembre 2019

Dominique Fortier - dfortier@lexismedia.ca

La députée de Gaspé demande un rehaussement du financement des maisons d'aide pour femmes

AIDE FINANCIÈRE SOUHAITÉE

Méganne Perry Mélançon

©jean-Philippe Thibault

La députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon demande un ajustement du financement pour l'ensemble des maisons d'aide aux femmes violentées.

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a promis de s'attaquer au problème aux problématiques vécues par les maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale.

Répondant à une question de la députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon qui demande un rehaussement du financement des maison d'hébergement à la hauteur de 50 M$ pour l'ensemble de la province, la ministre McCann s'est dit fort préoccupée par cette problématique. « Il y a des travaux qui sont en cours au Ministère. Très prochainement, je vais rencontrer le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale. On a entendu le cri du cœur des maisons d'hébergement et on est en train d'y voir. On va avoir à consolider ce réseau. »

Au-delà des rencontres promises par la ministre de la Santé, Danielle McCann, la député Méganne Perry Mélançon insiste sur l'importance d'un financement à la hauteur des besoins des maisons d'hébergement. « La situation de crise actuelle devrait être une priorité nationale. Pendant que notre gouvernement ne s'attarde pas à ce dossier prioritaire, une femme par mois est tuée au Québec pour cause de violence conjugale », évoque-t-elle, mentionnant au passage que des drames pourraient être évités si les maisons d'hébergement avaient les ressources pour accueillir les femmes en danger.

Danielle McCann dit travailler actuellement de concert avec les ministères de la Justice et de la Condition féminine afin de consolider le réseau actuel, développer de nouvelles places dans les maisons d'hébergement, et développer des mesures d'aide pour aider les femmes à transiter vers des logements sociaux. La ministre mentionne aussi qu'il existe des aînées qui vivent de l'abus qui ne doivent pas être oubliées dans cette équation.

Une maison d'hébergement comme le Centre Louise-Amélie de Sainte-Anne-des-Monts affiche régulièrement un taux d'occupation au-delà de 100 % et doit assurer une partie de son financement par le biais d'activités comme la soupe populaire, le Grand bazar, le Show de Femmes et plus récemment, le comptoir économique 100-FLA-FLA. Seulement l'an dernier, le Centre Louise-Amélie a accueilli plus de 130 femmes, affichant, au pic de sa fréquentation, un taux d'occupation à 160 %.

La Gaspésie et les Îles compte six endroits qui viennent au secours des femmes victimes de violence. Trois d'entre elles sont regroupées sous le chapeau de l'Alliance gaspésienne des maisons d'aide et d'hébergement. Il s'agit du Centre Louise-Amélie, la Maison Blanche-Morin de Pabos et L'Émergence de Maria.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média