Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2019

Retour

11 octobre 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Les candidats débattent à Gaspé

POLITIQUE FÉDÉRALE

Débat Élections Gaspésie

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Jean-Pierre Pigeon (PCC), Éric Hébert (PPC), Guy Bernatchez (Bloc), Dennis Drainville (PVC) et Diane Lebouthillier (PLC).

Exception faite de Lynn Beaulieu du NPD, qui n’a pu participer en raison d'un conflit d'horaire et logistique, tous les candidats se sont réunis au campus de Gaspé jeudi pour débattre pendant deux heures sur les ondes des Radio-Gaspésie, alors que Richard O’Leary assurait l’animation.

Le duel oratoire a été relativement propre et peu de flèches ont été décochées de part et d’autre, malgré le remous créé plus tôt concernant l’absence de la députée sortante Diane Lebouthillier au débat à Sainte-Anne-des-Monts.

Quelques frictions idéologiques, mais sans plus, Jean-Pierre Pigeon et Diane Lebouthillier ne manquant pas par exemple de rappeler que le Bloc québécois ne serait jamais majoritaire. « Peu importe ce que vous allez dire, les deux seuls qui vont pouvoir être portés au pouvoir au Canada, ce sont les Libéraux et les Conservateurs », a lancé Jean-Pierre Pigeon. « On sait qu’on s’en va dans une élection avec un gouvernement minoritaire et le Bloc avec ses députés va avoir la balance du pouvoir et va pouvoir aller chercher des avantages pour le Québec comme jamais », a rétorqué Guy Bernatchez.

De son côté, le candidat du Parti populaire du Canada a notamment parlé de mieux investir l’argent au fédéral. « Il faut réformer complètement notre système. On paie des taxes et l’argent est gaspillé de tellement de manières. Il faut focusser là-dessus et on calcule qu’on pourrait faire sauver 2 500$ à chaque famille en défaisant le cartel du lait et des œufs », estime Éric Hébert. Dennis Drainville du Parti Vert a pour sa part rappelé à plusieurs reprises que les gouvernements précédents n’en ont pas fait assez au fil des ans pour l’environnement, un dossier qui a pris beaucoup de place dans la présente campagne. « On ne peut pas résoudre une crise sans la traiter comme une crise. Avec les autres partis, c’est business as usual. Ils parlent de transition, mais transition vers quoi, une catastrophe? Si on ne fait rien avec ça, c’est ce qui va arriver dans 10 ans », a-t-il lancé.

Jean-Pierre Pigeon a plutôt suggéré que la question de l’environnement soit non politisée. « En fait, il faudrait que l’environnement soit un débat non partisan parce qu’il en va de l’avenir de nos enfants. » Le candidat du PPC a plutôt mis de l’avant de supprimer la taxe du carbone pour investir dans les technologies utilisant le CO2 dans ses infrastructures.

Diane Lebouthilllier avait évidemment un bilan à défendre et a souligné en entrée de jeu que son gouvernement avait investi 500 millions de dollars dans son mandat en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, et que 92% de ses promesses de 2015 avaient été remplies. « Je ne m’excuserai jamais d’avoir dépensé pour les Gaspésiens et les Gaspésiennes. On va continuer à investir sur des projets structurants », a-t-elle lancé.

Le candidat Jean-Pierre Pigeon a aussi rappelé à quelques occasions que les Conservateurs avaient bien changé depuis l’ère Harper, invitant les auditeurs à aller lire d’eux-mêmes leur plateforme électorale sur le Web. Quelques dossiers ont aussi pratiquement fait consensus, comme la décentralisation des emplois fédéraux et le besoin de travailler sur le manque de main-d’œuvre.

Enfin, Lynn Beaulieu a pu faire une allocution de 5 minutes à la fin du débat, profitant de son temps de parole pour promettre d’enfin résorber le problème du trou noir de l’assurance-emploi, travailler sur la décentralisation des emplois fédéraux, se positionner contre les énergies fossiles, le carbone et le pétrole et de fermer une bonne fois pour toute les paradis fiscaux, notamment. « La question environnementale est dans cette campagne un enjeu clé pour l’avenir de nos jeunes et nos générations futures [...] Pour une vision plus sociale, démocrate et progressive, il n’y a qu’un seul choix et c’est le NPD. »

Pour plus d'informations et un résumé des positions de chacun des candidats sur différents enjeux, veuillez consulter notre édition papier du Gaspésie Nouvelles de la semaine prochaine, qui vous a préparé un tableau résumé des différentes mesures proposées.

Commentaires

11 octobre 2019

francois Castro

Pour rappel, Mme Lebouthillier comme ministre du revenu national est responsable pour les faibles efforts de la lutte contre l'évasion fiscal et des arrangement avec les riches clients de KPMG. En somme, au lieu de prendre son temps pour modifier l'assurance chômage et enfin régler le troue noir, elle a perdu son temps à donner des passes droits à des riches non-contribuables. J'ai honte quand elle me représente.

14 octobre 2019

Coulombe

Les libéraux qui ont toujours mėprisė les Quėbécois en commencant par Trudeau pėre, ensuite Jean Chrétien qui a tout fait pour nous empêcher d'avoir un pays. Alors, pour moi,c'est impensable que je vote pour ce parti..Měme encore aujourd'hui ils essaient de nous assimiler au měme titre que tous les immigrants du Canada si chers å Trudeau. Je ne suis et ne serai jamais une minotité visible aux yeux de quiconque.J'invite tous les Gaspésiens å faire comme moi.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média