Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

03 octobre 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

445 000 $ pour la toiture de la cathédrale Christ-Roi de Gaspé

De gauche à droite : Yvan Landry, chargé de projet pour la restauration, la ministre responsable de la région Marie-Eve Proulx ainsi que Michel Smith, président de la fabrique,

PATRIMOINE. La cathédrale Christ-Roi de Gaspé, classée en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, bénéficiera d’une toute nouvelle toiture : le provincial consacrera un peu plus de 445 000 $ afin de mener à bien la première de trois phases de travaux totalisant 1,6 million $.

C’est la ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Marie-Eve Proulx, qui en a fait l’annonce mercredi.

Chargé du projet de restauration au sein de la fabrique St-Albert de Gaspé, Yvan Landry était on ne peut plus heureux, après trois ans de travail, de voir l’initiative enfin se concrétiser. « On est très satisfaits qu’on reconnaisse d’abord le bien fondé d’intervenir […]. Je ne pense pas que la communauté chrétienne de Gaspé aurait la capacité de faire ces travaux-là sans un support », admet-il.

La cure de jouvence, qui débutera au printemps prochain, vise spécifiquement une superficie de 810 mètres carrés située sur le versant ouest de la toiture ; il s’agit de la partie la plus endommagée et la plus exposée au soleil, aux vents et aux intempéries.

On est bien loin de parler d’un « caprice esthétique », précise M. Landry, puisque la pérennité du bâtiment était littéralement à risque en raison de l’état du toit. « Il y a de l’infiltration chaque fois qu’on a un peu de pluie et un peu de vent. Ça fait déjà quatre ans que l’Assurance Mutuelle des Fabriques ne nous assure plus pour des dommages causés par des infiltrations dans le toit », explique le chargé de projet.

La subvention couvre 80 % des coûts de la phase un. La balance de la facture sera financée par une collecte de fonds qui sera lancée avant les Fêtes. Yvan Landry est d’ailleurs optimiste quant à l’issue de cette campagne, celle menée en 2014 afin de couvrir les frais du revêtement extérieur du lieu de culte ayant été, rappelle-t-il, « très fructueuse ».

Deux autres phases à venir

Les phases deux et trois des travaux, qui touchent respectivement le toit du versant est et du presbytère, devraient respectivement être mises en branle en 2021 et 2022. M. Landry s’attend d’ailleurs à ce que Québec soit de nouveau présent pour la poursuite du chantier : « On a de bonnes raisons de croire que ce sera le cas. Si l’on veut parler de cohérence, on ne peut pas faire la moitié d’une œuvre ».

La somme octroyée par le gouvernement de François Legault fait partie de l’enveloppe 2019-2020 du Programme visant la protection, la transmission et la mise en valeur du patrimoine culturel à caractère religieux récemment annoncé par la ministre de la Culture et des Communications. Le lieu de culte catholique et été construit en 1968 et 1969.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média