Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

28 août 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Vers une édition record pour Les Percéides

Festival international de cinéma et d’art de Percé

Percéides

©Photo Les Percéides

La date de la 12e édition est déjà connue, elle qui se tiendra du 13 au 23 août 2020.

Les statistiques officielles n’étaient toujours pas connues au moment d’écrire ces lignes, mais déjà les organisateurs pouvaient anticiper un record d’achalandage pour ce 11e Festival Les Percéides.

Juste à voir le nombre de cinéphiles réunis pour assister aux nombreuses projections – plus de 100 œuvres pendant la dizaine, du 15 au 25 août – tout indique que l’événement a été un franc succès. L’aménagement des quartiers généraux dans le lieu mythique qu’est l’ancien Centre d’art de Percé, fondé en 1952 par l’artiste bien connue Suzanne Guité, a également permis de favoriser la participation au cœur du centre-ville. « Ç’a créé un très fort achalandage avec les gens qui pouvaient rester sur place. C’est certain qu’on est dans les éditions records. Le Festival a vraiment pris un accélérateur de visiteurs et de cinéphiles cette année », analyse le fondateur des Percéides, François Cormier.

Il faut dire que l’événement en a fait du chemin depuis la première édition en 2008, alors qu’une trentaine de films ont été projetés en l’espace de 3 jours. L’offre s’est grandement accrue depuis, et le Festival peut aussi jouir d’être l’un des seuls à être présenté au mois d’août au Québec, ce qui favorise la venue de nombreux artisans à Percé. Pas moins de 75 invités étaient d’ailleurs attendus cette année. Comme par exemple le réalisateur Éli Laliberté et son sujet pour le documentaire Florent Vollant – Faiseur de Makusham, qui a remporté le prix du meilleur long métrage documentaire canadien. La présentation initiale a rapidement affiché complet et une seconde projection a été ajoutée le dimanche. « On s’attendait à un grand succès, mais ç’a dépassé les attentes. Au mois d’août, ça crée une disponibilité des artisans du cinéma pour venir à Percé. C’est un contexte qui favorise cet achalandage », explique le fondateur.

Ce dernier ajoute qu’avec les nombreuses activités connexes, comme les rencontres avec les artisans, le cinéma sur la plage ou encore en croisière, ainsi que tous les films présentés en première gaspésienne, tout est mis sur pied pour créer une dynamique propice à une diffusion cinématographique à l’image des gens d’ici, ce qui fait certainement l’une des forces et des particularités des Percéides.

« C’est un festival qui est très identitaire du fait qu’il se tient à Percé sur le bord de la mer avec le contexte de la nature environnante. C’est associé à l’identité maritime de la Gaspésie et on veut laisser la place à beaucoup de films qui ont cette thématique dans le cinéma, ce qui intéresse les gens. C’est aussi un festival de cinéma d’auteurs qui révèle des nouveaux talents, tout en ayant des réalisateurs confirmés et plusieurs films en première gaspésienne jamais présentés ici. C’est un contexte de découverte pour tous les cinéphiles. On veut vraiment devenir un pôle cinématographique en Gaspésie pour la présentation de documentaires ainsi que de courts et de longs métrages », conclut François Cormier.

Une étude d’achalandage menée l’an dernier indiquait d’ailleurs que 69% des participants provenaient de l’extérieur du Grand Percé, de la MRC et même de la Gaspésie. Comme quoi le Festival attire des gens d’un peu partout. Un bilan officiel devrait par ailleurs être publié le 9 septembre. En attendant, la date de la 12e édition est déjà connue, elle qui se tiendra du 13 au 23 août 2020.

Les Gagnants

 

- Grand Prix du Jury : Une femme en Guerre de Benedikt Erlingsson

- Grand Prix du Jury – Première œuvre de fiction : À tous ceux qui ne me lisent pas de Yan Giroux

- Meilleur long métrage documentaire canadien : Florent Vollant faiseur de Makusham d’Éli Laliberté

- Prix hommage : Le vieil âge et l’espérance de Fernand Dansereau

- Court métrage Gaspésie-les-Îles : Mélopée d’Alexis Fortier Gauthier

- Court métrage québécois : Lunar-Orbit Rendez Vous de Mélanie Charbonneau

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média