Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

28 août 2019

Jean-Philippe Thibault - jpthibault@lexismedia.ca

Réouverture des Crustacés de Gaspé en 2020

CRUSTACÉS DE GASPÉ

Crustacés de Gaspé

©Jean-Philippe Thibault - Gaspésie Nouvelles

Dès janvier 2021, tous les salaires seront supérieurs à 15 $/heure.

Bonne nouvelle pour les travailleurs des Crustacés de Gaspé qui ont appris ce soir la réouverture de l’usine pour la saison 2020.

C’est au cours d’une assemblée syndicale tenue à Chandler ce soir (mercredi) que les membres ont pris connaissance de la nouvelle et de leur nouveau contrat de travail. Le syndicat Unifor a indiqué en fin de soirée que l’employeur s’engageait dans un premier temps à rouvrir son usine de Grande-Rivière pour la saison de pêche 2020 et que les travailleurs ont incidemment obtenu un contrat de 3 ans. Les salaires seront bonifiés de 0,75 $/heure à compter du 1er janvier 2020 et de 0,50 $/heure les deux années suivantes. « Il n’y a plus de différence salariale entre les hommes et les femmes, et personne ne va gagner moins qu’avant. Il y a plein de gains là-dedans. Et dès janvier 2021, tous les salaires seront supérieurs à 15 $/heure », explique le directeur québécois d’Unifor, Renaud Gagné. Parmi les autres avantages notés par le syndicat, une prime de nuit de 0,90 $/heure, une prime de soir de 0,60 $/heure, la mise en place d’un comité de relation de travail et la reconnaissance de l’ancienneté.

Rappelons que les négociations entre la partie patronale et syndicale avaient repris à Québec il y a deux semaines, avec un blitz sur quelques jours. Au final, l’arbitre au dossier est venu entériner les conditions mises sur la table de part et d’autre. « On a été 4 jours en négociations et on a convenu entre les parties de comment régler ce dossier-là. Les gens sont très heureux qu’un arbitre ait entériné toute la question de la convention collective », ajoute Renaud Gagné. L’employeur a également accepté que les travailleurs qui n’ont pas atteint leur nombre d’heures pour être admissibles à l’assurance-emploi puissent combler leur retard pour ne pas être sur le carreau cet hiver, en participant à un programme d'Emploi Québec aux frais de l'employeur. Le syndicat indique par ailleurs que le mouvement de mobilisation et de solidarité a été un poids dans la balance, ce qui a certainement contribué à en arriver à cette conclusion.

« Je pense que c’est vraiment ce qui a changé la donne : la mobilisation citoyenne d’Unifor, mais aussi celle des élus locaux. On veut tous améliorer le sort de nos communautés et des travailleurs du secteur des pêches. Comme les produits de la mer sont de plus en plus prisés à l’étranger, il doit y avoir un meilleur partage de la richesse et c’est sur quoi on veut travailler; c’est fondamental. Il n’y a pas de raison que tous les travailleurs des pêches améliorent leur situation. Je suis très content du résultat et on a ouvert des bons canaux de communication. J’espère qu’on va pouvoir travailler ensemble pour assurer l’avenir de cette usine et le développement global des pêches en Gaspésie », conclut Renaud Gagné.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média