Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

20 août 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Crustacés de Gaspé : les parties syndicale et patronale s’entendent

CRUSTACÉS DE GASPÉ

Unifor

©Photo Unifor

Unifor manifeste depuis plusieurs semaines déjà devant les locaux abandonnés de l'usine Les Crustacés de Gaspé.

Nouveau rebondissement dans le dossier de l’usine Crustacés de Gaspé de Grande-Rivière : le syndicat accrédité sur place, Unifor, ainsi que l’actionnaire des installations, Unipêche MDM de Paspébiac, en seraient venus à une entente.

Un communiqué en ce sens a en effet été émis par l’organisation syndicale mardi en début d’après-midi. Celui-ci rapporte qu’au terme de plusieurs jours de négociation intensive s’étant tenues au courant de la semaine dernière, les deux parties en seraient effectivement venues à un accord concernant un premier contrat de travail pour les quelque 85 syndiqués qui œuvraient sur place avant la fermeture de l’usine, en mars dernier.

Cette nouvelle convention collective sera présentée aux membres à l’occasion d’une assemblée syndicale qui se tiendra le mercredi 28 août à compter de 19h au 515, rue Daigneault à Chandler.

« Entre-temps, aucun commentaire ne sera fait et aucune information sur le contenu de l’entente ne sera divulguée avant que les travailleuses et travailleurs aient pu en prendre connaissance », peut-on lire dans le communiqué acheminé aux médias régionaux.

Rappelons que des représentants d’Unifor en provenance des quatre coins du Québec ont passé une partie de l’été à Grande-Rivière et à Paspébiac en soutien à leurs consœurs et confrères gaspésiens, faisant notamment parapher une pétition réclamant la réouverture de l’usine.

Une manifestation a eu lieu au quai de l’endroit le 20 juin dernier et a réuni une quarantaine de personnes ; les membres d’Unifor s’y étaient rassemblés au terme d’une marche symbolique de 80 kilomètres en partance de Grande-Rivière afin de revendiquer un retour de la partie patronale à la table des négociations.

Les membres du syndicat ont également pris part à différentes séances publiques, par exemple à la séance régulière du conseil municipal de Paspébiac de juillet, en quête d’appuis et des autorisations nécessaires pour manifester.

Selon Unifor, accrédité à l’usine depuis le printemps 2018, la convention collective était achevée à environ 95 % lorsque les pourparlers ont été interrompus, quelques jours avant la manifestation du 20 juin.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média