Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

20 août 2019

Roxanne Langlois - rlanglois@lexismedia.ca

Chemin de fer gaspésien : des anciens ministres libéraux interviennent

Réfection du rail - Échéancier de sept ans - Matapédia à Gaspé

L’ex-ministre et députée Dominique Anglade, photographiée lors de son plus récent passage à Carleton-sur-Mer, en mai dernier.

PROVINCIAL. À la suite du rassemblement non partisan de citoyens tenu dimanche à Gaspé, des élus du Parti libéral du Québec (PLQ) et anciens ministres sous l’administration Couillard entrent dans l’arène, demandant à l’actuel premier ministre François Legault de se montrer à l’écoute de ceux-ci.

Le porte-parole libéral en matière de transports Gaétan Barrette ainsi que la députée marraine de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine au sein du PLQ, Dominique Anglade, rappellent dans un communiqué émis lundi que leur gouvernement s’était engagé à la hauteur de 100 millions $ en 2017 pour la réfection du chemin de fer gaspésien, une somme actuellement utilisée pour réhabiliter le rail.

Ayant pris acte des revendications exprimées par les quelque 150 citoyens réunis à Gaspé, qui demandent que l’échéancier de sept ans proposé par le gouvernement Legault pour la réfection du rail de Matapédia à Gaspé soit revenu à la baisse, M. Barrette et Mme Anglade invitent les troupes caquistes à poursuivre les efforts auparavant déployés par l’ancien gouvernement.

« Le premier ministre doit agir et s'assurer d'accélérer la préparation des projets et la réalisation des travaux sur le rail gaspésien. François Legault doit démontrer une volonté politique pour cet important projet d'infrastructures essentiel pour l'économie de la région », défend M. Barrette par voie de communiqué.

« La sécurité routière, l'économie régionale et l'environnement naturel en ressortiront grands gagnants avec un transport plus sécuritaire, une diminution des coûts financiers et une réduction des impacts environnementaux liés aux activités de transport pour des grandes entreprises », a quant à elle commenté Mme Anglade.

Perry Melançon satisfaite

La députée péquiste du comté de Gaspé, Méganne Perry Melançon, a pour sa part réagi quelques heures après la sortie des deux politiciens, se disant satisfaite que le message lancé dimanche « commence à être entendu à l’extérieur de la région ».

« Je constate qu’après de nombreuses années à ignorer les messages lancés par la région dans ce dossier, d’anciens ministres du précédent gouvernement ont enfin réalisé l’importance d’un retour rapide du train en région », a souligné l’élue, saluant au passage les personnes qui se sont mobilisées pour la cause.

Selon elle, il est primordial que le dossier, non partisan, en demeure un et que tout le monde œuvre de concert afin que le train soit de retour dans de meilleurs délais. Rappelons que l’invitation qui a résulté en un rassemblement dimanche dernier avait été lancée par les associations locales du Parti québécois (PQ), de Québec solidaire (QS) et du PLQ.

À suivre

Une rencontre est prévue ce mercredi après-midi entre des acteurs régionaux et le premier ministre Legault afin de discuter de l’échéancier des travaux, que de nombreux intervenants gaspésiens jugent inacceptable. Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG), Éric Dubé, le préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé et maire de Gaspé Daniel Côté ainsi que la préfète du Rocher-Percé, Nadia Minassian, seront du voyage.

La cible de 2026 pour ramener le train jusqu’à Gaspé, qui suscite du mécontentement, a été annoncée par M. Legault ainsi que par le ministre des Transports François Bonnardel lors de leur passage à new Richmond, le 25 avril dernier.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média